Bébé Nature, la naissance respectée
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


discutons autour de la grossesse, la naissance et le maternage...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -60%
PHILIPS SHB3175BK/00 Casque Bluetooth
Voir le deal
28.80 €

 

 M'avions pas dit...

Aller en bas 
AuteurMessage
mamanoé
Habituée
mamanoé

Nombre de messages : 2150
Age : 37
Localisation : sud de la france
Date d'inscription : 28/12/2008

M'avions pas dit... Empty
MessageSujet: M'avions pas dit...   M'avions pas dit... EmptyLun 14 Oct 2019 - 19:12

C'est le titre d'une pièce de théatre que je suis allée voir il y a quelques jours. Je ne peux pas tout vous raconter bien sûr, mais je voudrais vous en parler quand même, et de ce que ça a soulevé dans le public.
C'est une pièce qui est joué par 11 actrices amatrices, toutes mères d'au moins un enfant de moins de trois ans. L'écriture de la pièce est partie d'ateliers d'écriture et d'expression corporelle autour de la difficulté maternelle, projet encadré par trois pro.

Les textes de la pièces sont donc des témoignages directs des actrices, néanmoins parfois dit sur scène par d'autres, car tous les propos ne sont pas évident à assumer.

C'était un moment poignant, sur ce qui n'est que rarement exprimé , et encore moins en public. Les pulsions d'angoisse, de rejet, d'épuisement, de pulsion de mort, ou d'angoisse de la mort, la sienne propre ou celle de l'enfant petit. Les éclats de colère, les scènes de vécu de detresse ou de sollitude, les a priori blessant, le devoir de la bonne mère, l'amour qu'on arrive plus à sentir parfois, le poids à porter, l'absence d'intimité, le mal de dos, la violence qu'on ne se savait pas détenir en soi, les principes qui s'étiolent, la femme sauvage qui hurle, la femme fragile qui pleure et crie. Elle étaient toutes là, les 11 à hurler comme des louves, et dans le public de nombreuses femmes, jeunes maman, mamies, public placé en rangées face à face. De nombreux regards qui se croisent, des montées de larmes et des regards compatissants, ou plutot de connivence, d' approbation silencieuse. Et puis même des moment ou le propos, trop dur à entendre, trop lourd d'écho, fait baisser les yeux de tout le monde, on ne peut plus regarder, ou alors les mains sur le visage, prêts à cacher les yeux.

11 jeunes mères qui racontent avec crudité les violences qu'elles se sont infligées pour être à la hauteur, le manque de reconnaissance, la pression sociale, l'absence du père, la nuit, souvent. 11 femmes qui crient à la reconnaissance, et au droit de dire que non, ce n'est pas QUE du bonheur. Des femmes qui imposent de vraies questions. Elles n'y répondent pas, elle ne font que dire, et les réponses viennent du public, après.

D'abord timides commentaires et remerciements, puis des larmes dans le micro, de long silences, des voix d'hommes qui disent leur impuissance aussi, leur incapacité à s'inventer dans une paternité qui n'a jamais jusque là été demandé aux hommes. Des femmes aussi qui regrettent de ne pas savoir su accorder confiance ou demander de l'aide, des mots d'amour aussi.

On a tres peu parlé des enfants, des bébés, de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent. Mon seul regret peut-être, à l'heure ou l'enfant occupe une place sociale qu'il n' a jamais occupé auparavant, ou il n'a jamais été aussi désiré, choyé, éveillé, placé au centre, comme si on devait réparer, comme si on devait changer quelque chose, quelque chose de tres lourd et tres ancien, dans l'urgence, maintenant, en conscience, parce que ça urge, parce que les enjeux futurs sont nombreux et les possibles issues difficiles à envisager, si on ne change pas tout, vite, vite.

Bref, j'ai été bouleversée, retournée, en compassion avec toutes les femmes qui étaient là. C'était de ces ambiances un peu sacrées ou tout le monde se retrouve, mais cette fois ci de particulière ou nous étions rassemblée autour d'une problématique qui à la singularité d'être dans la dualité, à la fois extraordinaire et quotidienne, banale mais intense, unique et universelle, joyeuse et déchirante.

Voilà. C'était mon partage du jour.


Bises
noé



Revenir en haut Aller en bas
julyff
Habituée
julyff

Nombre de messages : 4491
Age : 33
Localisation : Finistere
Date d'inscription : 09/09/2012

M'avions pas dit... Empty
MessageSujet: Re: M'avions pas dit...   M'avions pas dit... EmptyMar 15 Oct 2019 - 17:08

Merci pour ce partage aav
Je trouve ça super les créations artistiques par des personnes qui traversent des difficultés. C'est "vrai", ça percute, ça oblige à ouvrir les yeux, ça panse les blessures de tout un chacun.
Et il vrai que c'est encore terriblement tabou de dire que ce n'est pas une sinécure, de devenir parent, d'être bienveillants malgré la fatigue, d'accompagner tous les besoins, d'allaiter, de faire des purées maison etc etc. On se met sans doute la barre haute et on est souvent isolées (isoles )... les soignants ne sont quasiment jamais attentifs à ça... et pourtant ça impacte terriblement les liens d'attachement, dont on sait l'importance, surtout pour le petit bébé...
Revenir en haut Aller en bas
 
M'avions pas dit...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bébé Nature, la naissance respectée :: Période postnatale :: Bébé grandit, maman aussi-
Sauter vers: