discutons autour de la grossesse, la naissance et le maternage...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
30% sur les abonnements PlayStation Plus & ...
Voir le deal
41.99 €

 

 naissance de B

Aller en bas 
AuteurMessage
Sauge
A sa place au chaud
Sauge

Nombre de messages : 133
Age : 36
Localisation : nîmes
Date d'inscription : 12/06/2017

naissance de B Empty
MessageSujet: naissance de B   naissance de B EmptyLun 2 Avr 2018 - 12:51

les personnages :
B - notre  bébé ;
L - le papa ;
moi - la maman ;
S - la sage femme
D - la doula


Chère Bébé B, il est minuit, nous sommes mercredi 7 mars.
J'attends avec impatience ta naissance car je souhaite que tu naisse à la maison. Or dans quelques jours j'ai rendez-vous à la maternité pour le suivi de fin de terme. (et puis aussi parce que je SUIS impatiente de nature...).

Avant d’être enceinte, j’avais déjà récupéré le contact de S, sage-femme accompagnant les accouchements à domicile dans la région. C’est donc auprès d’elle que je prendrai rendez-vous dès mon premier mois de grossesse. Ce projet d’AAD est le mien et aussi celui de L, ton papa.

Un soir de septembre, je décide de contacter D, une doula de la région. Après un premier rendez-vous chaleureux, je décide de faire appel à ses services. Elle rencontre rapidement L avec qui le courant passe également très bien. C’est d’ailleurs lui qui demandera en premier à ce qu’elle soit présente lors de l’accouchement.


Il est minuit donc, et L et moi sommes dans le lit en train de lire des BD.
Je sens des contractions arriver. Régulières. Je surveille, j'observe. J'ai tellement envie que ce soit le début du travail !!
On éteint la lumière. Je ne dors pas. Je guette. Vers 2h du matin je réveille L (à moins qu'il ne se réveille seul, à cause de mon agitation) et je lui dis que j'ai des contractions.
A 2h50 j'envoie un sms à S, ma sage-femme, auquel elle ne répondra pas. Je l'appelle à 3h15. Elle me dit de me reposer et elle aussi (elle vient de passer une nuit blanche pour une autre naissance).
Chéri me fait couler un bain. Il y met même les bougies de mon blessing way. Je rentre dans l'eau. J'y suis bien. Je sens les contractions régulières, toutes les 5 minutes. L m'apporte un super cocktail de jus de fruit et lance la playlist que j'avais préparée pour l'occasion.
So much water so close to home - Vincent Courtois et son violoncelle vont bien m'accompagner, ainsi que la B.O. d’Himalaya (découverte et adoptée suite à la lecture du récit de naissance de Marilyne !!) . Je suis heureuse, excitée et en même temps concentrée sur cette aventure qui m'attend.
A 4h20, toujours depuis mon bain, j'envoie un sms à chacune de mes soeurs et à ma mère pour leur dire que le travail a commencé et qu'elles peuvent allumer leurs bougies. J'ai une réponse rapide de mes parents. J'apprendrai plus tard qu'ils gardaient le téléphone allumé sur leur table de nuit depuis 2 jours.
Je sors de la baignoire.
A 5h j'envoie un sms à D, ma doula. Je sens que je commence à souhaiter sa présence.
"Eh bien ça semble en bonne route pour rencontrer bientôt bébé ! Contractions depuis minuit, plus intenses depuis 2h. Je me sens bien entre les contractions et "concentrée" pendant."
Elle ne répond pas non plus. Logique : elle doit être en train de dormir.
Je mange un bol de céréales, que je ne finirai pas. Je prends un peu d'homéopathie et je me mets une goutte d'huile essentielle de camomille romaine et de laurier noble sur les poignets pour me donner du courage.
Je guette l'heure. Je me dis que 7h est une heure raisonnable pour téléphoner à ma doula et ma sage femme. Je pense pas mal aux contraintes des autres : le sommeil de S, les horaires de circulation pour D ou si elle doit emmener ses enfants à l'école. Je demande à L de me remplir la piscine. Je suis dans le salon. Je regarde une vidéo de fleur en train d'éclore pour m'aider à ouvrir mon col. Ce sera beaucoup plus long que ce que j'envisage à ce moment-là.
Une fois de plus, entrer dans l'eau chaude est un grand soulagement pour moi. Par contre je trouve que le liner de la piscine sent fort le plastique et cette odeur m'incommode.
6h30 : j'ai D au téléphone. Elle me dit qu'elle se tient prête. Je lui dis que je suis super contente (de la savoir à mes cotés, et aussi d'accoucher aujourd'hui !), et en même temps je m'interromps pour vocaliser sur une contraction.
J'attends qu'il soit 7h pour appeler S. C'est L qui le fait. S lui dit qu'elle se prépare puis qu'elle se met en route, que cela me rassurera. Oui, c'est exactement le cas. Je suis ravie car je peux dire à D de venir aussi (en tant que doula elle n'est présente que si ma sage-femme est présente aussi). Ca me rassure de savoir qu'elle va arriver un peu avant S pour l'aider à décharger, et que je ne me retrouve pas seule. Pendant tout le travail et l'accouchement j'aurai sans cesse besoin d'une présence très concrète et rapprochée.
J'appelle aussi ma mère. Je ne reste que 3 minutes avec elle au téléphone mais je suis heureuse de l'entendre et de lui partager que "ça y'est, c'est pour aujourd'hui".
Personne ne sait que ta naissance n'aura lieu qu'à 18h ; et entre 7h et 18h, ma mère aura tout le temps de s'inquiéter, n'ayant aucune nouvelle.
Mais à ce moment, sachant que ma sage-femme et ma doula sont en route, je me sens très rassurée et les contractions me semblent bien plus faciles à gérer. Je suis assez euphorique et positive. Excitée.
D puis S arrivent. Je suis dans la piscine. S vient écouter le coeur du bébé. Je ne le réaliserai qu'après-coup, mais à chaque contrôle du battement de ton coeur, j'aurai un moment de grand stress, ayant peur qu'il ne t'arrive quelque chose. Ce stress sera présent à chaque fois, les quelques secondes avant le moment d'entendre tes battements cardiaques.
L m'installe une serviette sur le rebord de la piscine. Je viens y poser ma tête pendant les contractions. Le contact et l'odeur sont bien plus agréables que celui du liner. Ca y'est, un bain + la piscine, nous avons vidé le cumulus. D commence à faire des aller-retour avec la bouilloire pour maintenir l'eau de la piscine à une température agréable. Elle et mon chéri me versent aussi de l'eau chaude sur le dos pendant les contractions.


En janvier, j'avais eu une soudaine lubie pour les barres "lion", et je m'étais dit que j'en mangerai pendant mon accouchement ! J'en avais d'ailleurs acheté un lot, un samedi aprem, mais je les avais dévorées en quelques heures. Nous avions donc convenues avec D qu'elle en garderait avec elle et qu'elle me les apporterait le jour J, car j'étais bien incapable d'en garder un stock dans mon placard sans y toucher.
Je mange ma barre lion avec plaisir. C'est tellement sucré que c'en est écoeurant, mais qu'importe.
S me demandera d'ailleurs si j'ai mangé. Un demi bol de céréales, et une barre lion. C'est peu, mais c'est déjà ça. L m'aura aussi coupé des quartiers d'oranges.
Je sors de la piscine à 9h30. S note que je gère bien les contractions, mais que je suis fatiguée.
Depuis l'arrivée de S, j'ai la sensation que mes contractions s'espacent. Je suis frustrée. Je suis tellement impatiente d'accoucher !! Elle m'examine à 10h20. Col dilaté à 2. C'est peu, mais c'est concret, moi qui ai eu un col complètement fermé jusqu'à hier encore.
S me dit que la naissance est bien pour aujourd'hui (moi je n'en avais jamais douté !), mais que ça ne va pas être dans les prochaines heures. Elle va partir rendre visite à une mère et son nourrisson et reviendra plus tard. Ok. Pendant les 2 heures de son absence, j'arriverai à me reposer un peu dans le lit, et L me ramènera de délicieux croissants et pains au chocolat. J'apprendrai plus tard que le travail vraiment actif sur la dilatation du col ne commencera que vers 12 - 13h.

naissance de B Img_4210
(photo avec ma doula)


Quand S revient, je suis assise par terre sur le carrelage de la cuisine, en train de me tenir à la porte du four (!!) - je ne me souviens plus ce que je suis venue faire ici (regarder le contenu du frigo ?), je sais que je me suis assise par terre pour accueillir une contraction. Toujours est-il que la sensation fraîche du carrelage est plutôt agréable, et que je n'ai pas envie de bouger.

Plus tard j'essaierai le tabouret d'accouchement (pas probant pour moi) ; puis je resterai un petit moment assise par terre, le buste appuyé sur le ballon, D me tenant les mains (ou moi m'agrippant aux siennes ?) et S m'appuyant sur les lombaires.


Je ne sais pas S appuyait sur des points d'acupuncture, ou si c'est moi qui plaçais une grande confiance en ses compétences, mais toujours est-il que ce contact était très soulageant pour moi. Je demande à retourner dans la piscine. L ajuste la température de l'eau. J'attends sur le canapé et la position sur le côté est reposante entre les contractions mais assez inconfortable pendant.
A 13h, S m'examine à nouveau. Toujours 2. Cette information est assez difficile pour moi car j'ai l'impression que "ça n'avance pas". Mais là, 3 minutes plus tard, "pop", je sens la poche des eaux se percer et le liquide se répandre. La contraction qui suit se particulièrement intense. Je prends peur. Ah bon ? maintenant ça va toujours être comme ça ? avant c'était de la "rigolade" ? (alors que j'avais besoin de me concentrer et de vocaliser...)

Je retourne dans la piscine. C'est plus compliqué pour moi. Je commence à être fatiguée et à penser que je ne vais "pas y arriver". Je me surprends à rêver d'une péridurale.
Je sens que je ne contrôle pas du tout mon sphincter et d'un coup je pense que j'ai une grosse diarrhée dans la piscine. En fait il ne s'agit que d'un pet très nauséabond. L'odeur me provoque un vomissement. Je vomis une première fois, qui est désagréable, puis de nombreuses fois en cascade, qui sont plutôt soulageantes ! J'ai sorti la tête de la piscine et j'ai visé un coin du parquet. On plaisantera quelques minutes plus tard avec L : j'ai vomi juste à côté du canapé de sa grand-mère, canapé que je n'aime pas trop. Je l'avais "menacé" d'accoucher dessus, il y a quelques semaines, pour rigoler.
Toute mon équipe a une fois de plus été super réactive, j'ai rapidement une cuvette sous moi dans laquelle vomir, un gant de toilette frais sur le visage, et D qui m'encourage en me disant "c'est bien ! c'est le bébé qui fait de la place ! ça avance !".
Une serviette de toilette a été posée de ce côté de la piscine, que je puisse y poser ma tête, mais elle trempe à moitié dans l'eau, et je pense que je l'associe au vomi, donc elle me dégoute. Il y a d'ailleurs une odeur désagréable dans la pièce. L vient diffuser un peu d'huile essentielle de lavande. Le mélange des univers est bizarre mais ça s'estompera petit à petit.
S me confirme que je peux rester dans l'eau de la piscine.

A un autre moment, j'entends que Ben, notre voisin du dessus, se met à jouer de la batterie. C'est pas vraiment le moment là ! Ni une, ni deux, L file lui demander d'arrêter (il me racontera qu'à peine après avoir frappé à la porte, il sera entré dans l'appart sans même attendre que Ben l'y ai invité, et lui aura expliqué la situation - pour la petite anecdote, nos voisins croiseront S à 21h, repartant de chez moi avec bouteille d'oxygène et tout son attirail médical, je crois qu'on les a pas mal surpris ...).

Les contractions sont difficiles à gérer. Je me concentre sur ma respiration et je compte qu'une contraction dure 8 inspires/expires. A chaque contraction je compte sur mes doigts. Certaines ne font que 6 ou 7 respirations, ça me motive. Mais je me sens fragile. L'idée d'être soulagée médicalement est présente. Je me dis que je peux tenir encore 10 contractions, allez. Entre compter les respirations et compter les contractions, je me perds donc je finis par ne plus savoir mais tenir encore un peu.

Je comprends que L craque. Il pleure. J'entends D dire "L vient de se prendre 4G dans la gueule". Elle et S insistent pour qu'il aille se reposer. Le savoir mal me remotive. Je dois lui montrer que ça va, que ça va aller. Je le lui dis. Je me motive. Je lui confirme qu'il peut aller se reposer un moment, que je suis en de bonnes mains.
Ce regain de motivation et de confiance est de courte durée. Je doute énormément. D m'aide beaucoup en me disant "seul ton utérus se contracte, tout le reste de ton corps est détendu" ou aussi en m'incitant à accompagner mes contractions "vers le bas". Depuis tôt ce matin je vocalise dans les graves, sur "booooaaaa" comme me l'avait conseillé mon ostéo. Puis sur "oui" comme m'y encourage ma doula (en plus du renforcement positif, dire "oui" détend la mâchoire et donc le corps). Des tas de pensées me traversent. Soudainement je me récite le texte d'un spectacle que j'avais donné il y a une dizaine d'années maintenant "La nuit s'achève, et je n'ai pas dormi. Tournent encore dans ma tête ces idées (sur la caisse claire) mêlés à mes souvenirs..."

Je sors de la piscine. Je suis sur le canapé, allongée sur le côté. C'est agréable entre les contractions, mais compliqué pendant. De mémoire, je m'appuie sur S, qui elle même m'appuie des points sur les fesses ou les lombaires.
A un moment de contractions particulièrement intenses, je pense soudain "et dire que ma mère a fait ça pour moi !?!" puis je pense que ma grand-mère a vécu aussi cela pour ma mère ; et mon autre grand-mère pour mon père.
Je pense que même si mon enfant m'aimera probablement, il n'aura pas conscience de ce que je suis en train de traverser pour lui donner la vie. Oui, je ressens de la reconnaissance pour ma mère.
Ca devient compliqué pour moi de gérer. Il y a d'ailleurs certaines contractions pendant lesquelles je perds pied. Je dirais qu'il y en aura eu 5 ou 6 en tout (pas successives, heureusement). Ca arrive quand je ne suis pas "prête" pour accueillir la contraction. Dans ces cas-là, mes cris partent dans l'aigu et je change de positions plusieurs fois pendant la contraction, en cherchant désespérément comment me soulager, sans succès. Je pense que c'est ça la différence entre douleur et souffrance.
S et D m'invitent, avec douceur et efficacité, à "redescendre" dans les graves. Je compte mes respirations. Ne pas connaître la durée qui me reste à tenir est difficile pour moi. Je dis à D que je sais qu'il faut que je grimpe la montagne, mais que j'aimerais connaître la distance qu'il me reste à parcourir. J'ai besoin d'un objectif. J'annonce que je me sens capable de tenir 10 contractions. On perdra le fil du compte au bout de 3 ou 4. Qu'importe, ça m'a permis de franchir un autre petit cap, d'avancer encore de quelques pas.
Parfois, j'arrive à me concentrer sur ma respiration et à visualiser une petite boule de coton qui descend dans un toboggan, comme me l'avait suggéré mon ostéo.

Et puis, je réclame L. Je me dis que ça prend trop de temps, qu'il faut que je me libère de blocages et de peurs. J'ai besoin de lui parler. D et S me l'envoient. Et là je lui dis que j'ai besoin de savoir qu'il ne va pas partir, qu'il va rester avec moi, qu'il ne me quittera pas. Il me le confirme. Me l'affirme. J'avais besoin de l'entendre.
Puis je lui dis que je vais avoir besoin d'être beaucoup encouragée. A partir de ce moment, il ne me lâchera plus et sera plus efficace qu'un coach de boxeur, capable de me remotiver à bloc entre chaque tour "sur le ring".

Depuis 13h, S me donne régulièrement des cocktails homéopathiques. Je sens que c'est important pour moi, car j'y puise une aide médicale, mais aussi je m'accroche à la sensation des granules qui fondent dans ma bouche, qui fondent souvent moins vite que le temps d'une contraction. Cela me donne une sorte de diversion sensorielle, et une perspective temporelle. L quant à lui trouvera très surprenant le décalage entre la "douceur" de l'homéopathie et l'intensité d'un accouchement.

L m'invite plusieurs fois à aller dans la chambre. Je n'ai pas envie. Et puis finalement j'y vais. C'est vrai que ce sera beaucoup plus pratique pour mes accompagnants. Je serai à quatre pattes sur le lit, puis rapidement en appui sur le ballon (le ballon étant posé sur le lit), avec L à ma gauche, D à ma droite, et S derrière moi.

On me suggère aussi d'aller aux toilettes pour uriner. Je suis complètement déconnectée de cette sensation mais je me doute que ça serait bien. Le trajet pour aller et revenir des WC est très compliqué car il est encadré par 2 contractions non-préparées et donc douloureuses. J'arrive à faire pipi. Je reviens m'installer le plus confortablement possible sur le lit. Je n'ai plus de forces dans les jambes.

Les contractions sont de plus en plus rapprochées et j'ai l'impression de ne plus avoir de répit. D fait des aller-retour incessants à la cuisine pour mettre à chauffer les bouillottes. A peine l'une est prête qu'elle me l'applique sur les lombaires et va faire chauffer la seconde. L me masse un pied. Oh oui ! mais c'est génial ça. Il me massera ainsi les pieds à chaque contraction pendant 2h, tout en poursuivant ses encouragements dynamiques.
A 16h45, j'apprends que je suis dilatée à 8. Je n'ai aucune notion de l'heure, du temps. Je suis contente et en même temps ça n'est pas encore assez pour moi !
Je perds un peu de sang et voir cela sur les alèses m'inquiète. J'espère que tout va bien. J'espère que mon bébé va bien. D'ailleurs je t'appelle. "mon bébé, mon bébé". J'ai envie de te voir.
Je ne sais plus qui m'appuie où ni qui me tient la main.
Dans son rapport, S note que j'ai envie de pousser à 17h10. Oui je sens que j'ai envie de pousser, et en même temps je pense que je ne suis pas à dilatation complète. J'appelle encore "mon bébé, mon bébé". L me dira après coup qu'il a pu toucher ta tête. On me propose de toucher aussi. J'essaie mais je ne sens qu'une masse "spongieuse" (?)  (tes cheveux mouillés ?)
S note que ta tête est visible à 17h50. Moi je n'ai vraiment plus de notion du temps.
Je sens que j'ai envie de pousser.
J'ai l'impression que j'aurai poussé assez peu de fois, mais avec une énergie et une détermination énormes ! Je sens la contraction arriver, je pousse une fois, deux fois, la contraction repart, vite, je pousse une troisième fois de toutes mes forces. Je m'entends crier.
Je sens que tu es dans mon bassin (ou dans mon vagin ?), ça me brûle, c'est trop large et c'est absolument impossible que tu y reste !
Je crie, je pousse à nouveau ces trois fois avec beaucoup de détermination et plop !! je sens que tu sors d'un seul coup !! Quelle sensation !!!
Je suis toujours la tête sur mon ballon. J'ai l'impression de mettre un temps "fou" à reprendre mes esprits. Je sais que mon bébé est entre mes jambes, mais je mets un petit temps avant de pouvoir me retourner et te regarder.
Nous sommes dans la pénombre. Je te vois toi, ce petit bébé et je me dis "mais qu'il est grand !!!" (= pour être sorti de mon corps) ; puis je suis émerveillée par tes yeux sombres grands ouverts. Je vois aussi que tu as le cordon autour de tes poignets, comme une tricoteuse.
Tu sembles très calme, Tu ne cries pas ni ne pleures. Tu as juste les yeux grands ouverts, comme si tu te demandais "tiens, où ai-je atterris ?".
Nous avions demandé à ne pas connaître le sexe lors des échographies. L et moi mettrons un moment avant de regarder et de découvrir que, comme mon intuition me l'avait soufflée, tu es une fille.
Je demande à L si c'est bien B ton prénom ? Mais nous avons un doute sur ton prénom. Nous prendrons le temps de te découvrir, de te connaître un peu, pour confirmer ce prénom de B qui nous plait et qui te convient.
S demande qui veut couper le cordon. Elle nous expliquera qu'il a rapidement cessé de battre. Elle installe les clips, L prend les ciseaux et coupe.
La délivrance du placenta sera rapide (11 minutes). Je ne sais plus si j'ai B sur moi avant (j'imagine que oui).
D me suggère de te renifler. Oh oui, comme tu sens bon ! L'odeur du liquide amniotique a quelque chose de magique. Boisée et subtile...

L et moi sommes vraiment surpris que notre fille soit si chevelue, les cheveux noirs. On te croirait arrivée tout droit du Mexique.

Avec L, nous te chantons "mouchelette", une comptine que tu auras beaucoup entendue pendant ta vie intra-utérine (comptine que la mère de L lui chantait petit, et que nous avons chanté tous les jours quand L a eu la rougeole, en janvier, pour compter les 3 minutes à attendre après ses gouttes dans les yeux). J'ai la sensation que tu reconnais instantanément la musique, nous regarde et qu'une belle connexion à trois a lieu instantanément.

Tu têteras rapidement.

S me dit que j'ai une déchirure et propose de me recoudre. Je suis très impressionnée. Moi qui suis phobique des aiguilles, être piquée dans le sexe, c'est flippant. Je demande à L de te prendre - il va dans le salon, un moment privilégié pour tous les deux, pendant lequel vous vous calinez - et à D de rester avec moi. S et D sont super. Je me dis que je suis courageuse, que j'ai accouché sans péridurale. Je regarde aussi pas mal l'aquarelle qui est accrochée au mur pour y puiser un peu d'évasion. Ce temps de "couture" me paraît long.

L demandera à notre sage femme de faire des empreintes avec le placenta. Puis 2 jours plus tard, nous demanderons aussi à notre doula, et chéri en fera lui aussi (touchant d'abord le placenta du bout des doigts, puis à pleines mains !). J'aime beaucoup, la démarche comme le résultat.

naissance de B Img_4211


***

Deux semaines plus tard, je commence juste à “digérer” cet accouchement, que j’aurai vécu comme très intense et même violent. J’étais très confiante à la fin de ma grossesse, peut-être naïve. Toujours est-il que je réalise que j’ai pu mener à bien ce projet d’accouchement à domicile et je suis ravie que tu sois née chez nous, dans la pénombre, de manière non-médicalisée, entièrement physiologique, et entourée de personnes bienveillantes. D’ailleurs tes trois premiers jours de vie, tu n’auras été en contact qu’avec ton père, moi, S et D.
J’ai des difficultés à accepter d’être encore vulnérable et convalescente, surtout vis à vis de cette déchirure, je n’avais pas envisagé cela. Mais je suis émerveillée de voir combien toi, tu es sereine.

Je ressens énormément de reconnaissance envers S, d’être ainsi dévouée à son travail de sage-femme, malgré les pressions et le rythme effréné que doit être un tel travail ; de me faire bénéficier de ses compétences, avec un énorme respect et tant de bienveillance.
Je ressens énormément de reconnaissance envers D, qui a su installer un climat de confiance tel que j’ai pu déposer mes peurs, mes idées les plus farfelues, poser mes questions. Plusieurs fois pendant cette journée j’ai pensé que nous avions vraiment eu raison de faire appel à D et sa présence m’est apparue comme indispensable.
Je ressens aussi énormément de reconnaissance et d’amour envers L, qui m’a encouragée et épaulée tout au long de la grossesse, mais aussi et surtout pendant l’accouchement et après. Je sais que l’aventure que nous avons partagé est unique. Je sais depuis longtemps qu’il “sera” (aujourd’hui qu’il est) un père merveilleux car aimant et confiant, et tellement complémentaire avec moi.
Et puis oui je ressens aussi de la reconnaissance et de l’amour pour toi, jolie petite B. Depuis le début de la grossesse plusieurs fois j’ai eu la sensation que tu me disais “ne t’en fais pas maman” “tout va bien, maman”. Et cette sensation se confirme aujourd’hui.
Merci de me faire devenir mère. Merci pour ta confiance.
Revenir en haut Aller en bas
La Galineta
Habituée
La Galineta

Nombre de messages : 4814
Age : 29
Localisation : Isère
Date d'inscription : 29/05/2014

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyLun 2 Avr 2018 - 15:21

Très joli récit pleinement authentique j'ai envie de dire, parce que tu y vis et exprime aussi tes peurs et découragements. Puis la force du corps, de la naissance et du soutien que tu as eu pour t'entourer dans cet aventure !
Félicitations, beau début de vie à trois <3
Revenir en haut Aller en bas
julyff
Habituée
julyff

Nombre de messages : 4479
Age : 33
Localisation : Finistere
Date d'inscription : 09/09/2012

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyLun 2 Avr 2018 - 16:50

Quel beau récit oui! Quelle belle naissance! 0059_G
Je rebondis sur la fin de ton récit car j'ai aussi eu ce sentiment d'intensité et de violence (pour le coup, ça a été très court, donc je pense que c'est le fait d'accoucher sans péri qui nous percute car c'est une expérience extrême, vraiment). Je ne m'attendais pas à ma fin d'accouchement (épisio, forceps, et j'ai hurlé au moins 20minutes....). J'ai même été un peu choquée, sonnée, à ne pas bien savoir si j'avais été à la hauteur. J'ai eu la chance de pouvoir discuter le surlendemain avec la gynéco venue en renfort (à cause de mes hurlements....), qui m'a énormément rassurée: certes cette naissance avait été intense et je devais penser à ce bouleversement qui m'a fait hurler sur la fin (bien analysé et digéré depuis...), mais ce fût une belle naissance, j'ai réussi à accompagner ma fille sans péri (injectée au moment des forceps, donc elle m'a juste servi pour la suture - et étant comme toi, j'étais bien contente!!).
Je pense que lorsqu'on se prépare à vivre cette aventure naturellement, on imagine sans doute plusieurs récits mais avec certaines constantes... Il faut certainement prendre le temps de digérer cet écart, de se remettre de la puissance de l'aventure...
C'est une grande leçon de vie de traverser cela, retiens ta force de femme, de mère, et la puissance de la nature pour cette rencontre! 0059_G
Revenir en haut Aller en bas
Mati88
Habituée
Mati88

Nombre de messages : 392
Age : 32
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 16/06/2015

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyLun 2 Avr 2018 - 18:33

C'est un très beau récit que tu as fait, félicitations à toi pour avoir traversé cette étape de la manière que tu le voulais. 18h d'accouchement, c'est long et oui, fatigant. Je suis d'accord avec toi, nos sage-femmes valent de l'or...
Bon repos!
Revenir en haut Aller en bas
Marilyne
Habituée
Marilyne

Nombre de messages : 2533
Age : 41
Localisation : Ptit coin d'paradis berrichon
Date d'inscription : 19/08/2011

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyMar 3 Avr 2018 - 10:10

outch, quelle puissance !!
Merci merci pour ce beau récit ! Et oui la BO d'Himalaya est féérique !
Prenez soin de vous et profitez bien
Revenir en haut Aller en bas
Sauge
A sa place au chaud
Sauge

Nombre de messages : 133
Age : 36
Localisation : nîmes
Date d'inscription : 12/06/2017

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyVen 13 Avr 2018 - 13:27

merci à toutes pour vos messages et réactions.
Maintenant 5 semaines plus tard je constate que mon ressenti vis à vis de cette journée incroyable évolue.

Il y a une semaine, ma doula m'a fait un resserrage (épaules, ventre, bassin, jambes, pieds). Le passage du bassin a été particulièrement intense. j'ai des émotions qui sont remontées et en même temps une grande sensation d'apaisement.

La semaine prochaine nous allons faire une petite fête pour enterrer le placenta et planter un arbre.
Je sens que j'ai pas mal de besoin de rituels.
Je m'offre aussi un massage lundi, pour les 40 jours après la naissance.
Revenir en haut Aller en bas
Tortue verte
Habituée


Nombre de messages : 985
Date d'inscription : 12/07/2016

naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B EmptyMar 17 Avr 2018 - 13:22

Je prends enfin le temps de lire ce magnifique récit. Je te remercie d'avoir partagé ce moment avec nous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




naissance de B Empty
MessageSujet: Re: naissance de B   naissance de B Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
naissance de B
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bébé Nature, la naissance respectée :: Naissance :: A la maison-
Sauter vers: