discutons autour de la grossesse, la naissance et le maternage...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mar 14 Juil 2015 - 21:23

Bonjour à toutes,

Je me suis inscrite sur ce forum car je suis enceinte de 6 mois d'un petit garçon donc je voulais des conseils de mamans expérimentées.

Une autre raison m'a poussé à m'inscrire : je vais très mal depuis quelques jours et je ne sais pas à qui en parler. Je pleure en écrivant ce message. C'est très difficile pour moi.

Mon message va vous paraître étrange, déplacé et impudique mais j'ai tellement besoin d'en parler et je ne sais pas à qui le faire. Mon post risque d'être très long et je remercie la personne qui me lira jusqu'au bout.

Je ne suis pas là pour être plainte ou autre, vous constaterez que j'ai déconné de nombreuses fois dans cette histoire, je le reconnais et l'assume. Je veux juste parler !

Alors je me lance :

J'ai rencontré un homme en décembre 2013. C'était un vrai coup de foudre pour moi. Il était tout ce que je voulais et bien plus que ce que je n’espérais. Je me suis très vite donnée à lui sur tous les plans, chose que je n'ai jamais faite auparavant ayant toujours été d'un naturel méfiant. Tout est allé beaucoup trop vite entre nous, si bien qu'en février, j'emménageais déjà chez lui. Ma mère avec qui je vivais jusqu'à présent ne voyait pas cette relation d'un bon oeil car elle voyait que je commençais ma vie d'adulte alors que jusqu'à présent, je m'étais toujours comportée comme une petite fille obéissante. De plus, mon "prince charmant" était noir et musulman, un comble pour ma famille quelque peu raciste !

Avec cet homme, nous utilisions le préservatif. Puis nous avons fait les tests VIH etc qui se sont tous révélés négatifs. Nous avons alors cessé le préservatif. Je ne prenais aucune contraception, il le savait. J'étais bête ! Je savais bien les risques encourus. Cependant, je les ai pris quand même en me disant que j'étais bien trop jeune pour tomber enceinte (23 ans), un peu comme si mon envie commandait mon corps. De son coté, je pense qu'il ne réalisait pas ce qu'on faisait.

On s'imaginait souvent construire une famille en étant pressés que cela arrive mais sans dire clairement "nous voulons un enfant maintenant". Personnellement, même si je me voyais déjà comme sa femme et la mère de ses enfants, lorsqu'il me parlait bébé, je rationalisais : "Il ne faut pas que je tombe enceinte maintenant et si ça arrive, j'avorterai car nous sommes étudiants tous les deux etc ...". Lui ne répondait pas face à cet argumentaire.

J'ai eu 15 jours de retard de règle ! Encore dans le déni et toujours eu des problèmes avec mes règles, nous faisions comme si de rien n'était. Puis je me suis décidée à faire une prise de sang : Positive !

Je le lui annonce. Il me dit "tu comptes faire quoi?". Je lui réponds "j'avorte bien évidemment" mais déjà en prononçant cette phrase, je n'y croyais pas du tout ! En effet, à partir du moment où j'ai su être enceinte, j'ai senti un attachement fou à mon haricot et mon "j'avorte bien évidemment" signifiait plus un "je te dis ça pour être cohérente avec mes anciens propos mais je ne me sens pas de le faire".

De son coté, alors qu'il semblait plutôt impatient de fonder une famille, lorsque je lui annonce, il commence à me presser pour que j'avorte vite, vite, vite. Je m'arrange pour toujours repousser. Puis je n'en peux plus de cette non sincérité, j'avoue tout : cet enfant, je veux le garder, je l'aime d'ailleurs déjà.

A ces mots, il change, il devient harcelant, méprisant, menaçant, insultant ...

Entre temps, j'en informe ma mère, sa réponse est sans appel : "tu avortes sans faire de bruit et tu oublies tout ça".

J'ai essayé de lutter durant deux mois et demi. Les deux mois et demi les plus horribles de ma vie. je n'avais pas un seul moment de répit. En effet, soit ma famille m' harcelait pour que j'avorte (à coup de "c'est un noir musulman, si tu le gardes, il va te l'enlever ..."), mon ex (à coup de "j'en veux pas, c'est rien, c'est juste un oeuf, fais le partir et on se concentre sur nous deux. Je ne peux pas faire ça à ma famille. Nous sommes étudiants. Il n'aura pas de père si tu le gardes etc ...") et mes amies aussi (à coup de "tu vas gâcher ta vie toi qui est promise à une grande carrière etc"). Lorsque je sortais pour m’aérer un peu, j'avais droit à des centaines d'appels (sans exagérer) de toute part pour me convaincre d'avorter. J'ai essayé de trouver un soutien auprès d'un forum car je me sentais démunie face à la situation et terriblement seule. Tous les commentaires étaient sans appel "avorte et vite ! Tu es égoïste ! Tu ne penses qu'à toi ! Tu vas mettre un enfant au monde dans la galère etc ...

J'ai fini par craquer et aller au planning familial le plus proche. J’espérais être soutenue au fond de moi. Mais à peine avais je fini mon rendez vous avec la conseillère conjugale qu'elle avait tout raconté à sa collègue gynécologue, cette dernière m'attrapant dans le couloir pour me dire qu'un enfant se fait à deux, qu'il vaut mieux que j'avorte etc ... Elle essayait de me parler djeun's pour faire passer la pilule. Je la trouvais d'une bêtise et d'un ridicule sans nom mais impossible de décrocher deux mots, j'arrivais juste à sangloter !

Puis vient la fameuse écho de datation : Ma grossesse étant avancée, j'ai pu entendre le coeur de mon bébé, le voir bouger etc ... Ma mère s'était imposée au rendez vous. Au moment où j'ai entendu le coeur, je me suis tournée vers ma mère, espérant que cela la touche autant que moi mais non elle m'a lancé un regard désespéré, a tourné la tête et demandait à l’échographiste d'arrêter la machine.

Puis vient le jour où je dois prendre le comprimé de myfégyne, sensé arrêter ma grossesse et dilater mon col avant l'opération. Je vais donc à l'hôpital le prendre en pleurant ! La dame me voyant en larmes me demande si je veux vraiment le prendre. Je lui réponds que je n'ai pas le choix ! Je lui pose des questions sordides et elle me fait les gros yeux comme "que va t on faire du corps de mon bébé ?". Elle ne me répond pas !

Je passe la journée allongée. Mon ex fait des allers retours entre la maison, la salle de musculation etc ... Bref, même s'il est doux quand il est là, il fait comme si rien n'était. Moi je me sens morte intérieurement. Le soir ses amis qui ne sont pas au courant lui proposent une sortie en boite. Je pense qu'il va dire non mais il répond oui ! Je le supplie pendant deux heures en pleurant de rester avec moi, que j'ai besoin de lui mais il reste froid. Puis me voyant dans un sale état, il fini par céder ! Mais il ne me réconforte plus, me fait clairement la tête de "l'avoir empêché de faire la fête" selon ses mots.

Le lendemain, au petit déjeuner, je demande "crois tu qu'il est encore vivant ?" Si oui, je le garde ! Il me répond froidement "non il est mort, c'es t bon !".

Le surlendemain, toute ma famille est là pour l'opération. Je suis une loque. J'ai l'impression de n'être plus qu'un corps. J'ai envie de crier 'c'est bon, je renonce, faites ce que vous voulez de moi mais allez vite". L'infirmière remarque que la scène qui se joue n'est pas normal. Elle me répète "Etes vous sûre de vouloir le faire ? On arrête tout si vous voulez !" Je relève la tête pour la première fois pour lui répondre. Mais ma mère ne m'en laisse pas le choix "oui c'est bon, on le fait, c'est trop tard de toute façon, elle a pris la myfégyne".

Je vais au bloc, je ne sais plus où j'en suis. Les infirmières tentent de détourner mon attention avec des questions d'une banalité sans nom auquel je réponds sans grande conviction par politesse.

Et puis, je me réveille, c'est fait ! J'ai juste envie de dormir encore et encore !

Le soir, mon ex m'envoie un petit message pour savoir comment je vais. Je ne réponds pas à la question, je lui dis juste "c'est fini" et le bloque !

Cet IVG m'a tué, réellement. Celle qui existait n'est plus ! J'ai perdu ma joie de vivre, mes ambitions, mes envies, mon estime. Je regrettais tellement, je me sentais meurtrie, mon corps était vide, mon ventre comme poignardé ! J'oscillais entre des phases d'inactivité totale et pouvait rester des jours dans le noir à pleurer à des phases de sur- excitation totale où je ne faisais que sortir, avais des insomnies, et passais mon temps à boire en faisant la fête (c'était les seuls moments où j’oubliais). Mes amies ne me reconnaissaient plus. J'étais devenue tout ce que je déteste, n'avais plus aucune stabilité.

Je m'en voulais tellement de ne pas m'être battue pour ce petit bébé.

J'ai donc essayé d'en parler :
- D'abord à une psy. Elle ne comprenait pas ma culpabilité et me disait que c'était juste "un tas de cellules".
- Ma famille qui me disait que j'avais fait le "bon choix". Mais quel choix ? Ce choix n'était pas le mien.
- Mes amies qui eux ne comprenaient pas ma peine et pensaient que j'aurai vécu ça comme un soulagement !
- Sur un forum : Là on m'a sorti que j'avais des problèmes psy parce qu'une IVG doit être bien vécu et ne doit laisser aucune peine.


Au bout de quelques mois, la haine s'emparait de moi et je la montrais de différente façon :
- Avec ma famille : j'ai eu des mots très durs notamment envers ma mère. Elle me disait qu'elle ne comprenait pas la haine que j'avais envers elle car si j'avais avorté, c'était sous la pression de mon ex et non la sienne ! Je voyais que je lui faisais très mal avec mes mots. Cependant, pour la première fois de ma vie, je n'avais aucune empathie pour elle !
- Avec mes amies : J'ai écarté de ma vie ceux qui m'ont conseillé l'ivg de manière trop insistante.
- Avec mon ex. Silence radio. Mais ma haine envers lui grandissait. Je lui ai donc écrit un mail avec mon ressenti auquel il a répondu.

Puis nous nous sommes revus avec mon ex ! Il a mis plusieurs mois à me convaincre mais nous sommes revenus ensemble ! J'ai réaménagé chez lui. Pendant plusieurs mois, il tente de me convaincre d'arrêter la pilule. Je le fais au bout d'un moment. Je tombe enceinte en décembre 2014. Nous sommes très heureux tous les deux et on parle mariage ! Cependant, je fais une fausse couche. Nous sommes tristes. Il est là pour m'épauler !

Un mois plus, j'apprends qu'il me trompe avec plusieurs filles d'un soir. Je décide de le quitter !

Il tente de me récupérer pendant une semaine pour finalement m'avouer qu'il ne m'aime pas, ne m'a jamais aimé, s'est juste servi de moi pour éponger ses dettes (j'ai laissé toutes mes économies pour éponger ses dettes).

Une semaine après, j'apprends que je suis enceinte !

Je l'en informe. Réaction sans appel : je dois avorter une seconde fois !

Je refuse. Trois mois de combat contre lui, la société et mes amies qui me disent d'avorter une seconde fois. Je deviens très dure avec ma famille par contre : Il me donne leur avis une seule fois et je quitte le domicile et ils ne me revoient plus. Ils ne m'ont donc rien dit.

J'ai lutté cette fois car ma première grossesse m'a appris que je devais me battre pour ce que je voulais ! Et me voilà aujourd'hui enceinte de 6 mois d'un magnifique petit garçon.

Je suis heureuse la plupart du temps. Je vis bien ma grossesse et ce même en solo !

Cependant, depuis quelques jours, je pense à mon IVG et c'est très difficile. D'autant plus qu'à l'heure actuelle, je culpabilise quand je suis mal car je sais que mon bébé ressent tout !

Voici mon histoire, merci à ceux qui sont arrivés jusque là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Pardon pour les fautes de   Mar 14 Juil 2015 - 21:35

syntaxe, d'orthographe. Les phrases ne voulant rien dire. Je suis très émue en évoquant tout cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
babycake
Habituée
avatar

Nombre de messages : 1397
Age : 29
Localisation : paris
Date d'inscription : 01/06/2014

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mar 14 Juil 2015 - 22:03

Je repasserai commenter plus longuement, mais je voulais juste te dire que je t'ai lue.
Plein de aau aau aau pour toi
Ton bébé ressent peut-être beaucoup, mais on ne choisit pas toujours ses émotions, ne culpabilise pas de ressentir ce que tu ressent, ça fait aussi parti de votre histoire a tous les deux... sois douce avec toi aav
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimikief
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 8782
Age : 34
Localisation : alsace
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mar 14 Juil 2015 - 22:21

pour avoir eu un parcours similaire avec un pervers narcissique et se soldant également par une ivg très mal vécue , je ne peux pas passer sans te laisser un mot...
déjà j'ai envie de saluer ta force et ta détermination concernant ce bébé que tu portes actuellement,
car oui il a dû en falloir de la force pour aller à l'encontre de tous ceux qui t'entourent et de décider de garder seule ton bébé...
tu es une mère et une louve pour protéger ton petit, pas de doute là dessus 0059_G
j'ai envie de te dire de ne pas culpabiliser de penser au bébé que tu as décidé de ne pas garder alors que tu es enceinte, je suis persuadée que si ton bébé actuel t'as choisi comme maman, c'est qu'il est prêt à encaisser cela, c'est ce que je me suis tjs dit pour mes enfants...
ensuite parle lui , explique lui ton ressenti, car oui in utéro les bébés ressentent fort les choses positives comme négatives, mais en expliquant, en parlant ca peut grandement aider...

ensuite j'ai l'impression que les choses vont mieux avec ta mère? puisqu'il me semble avoir lu qu'elle gardera ton fils?
as tu pu poser les choses avec elle , afin d'être sur des bases saines?

n'hésite pas à venir t'épancher ici, ce que tu as traversé est dur , et toute l'aide que tu peux prendre sera bénéfique.
Personnellement j'ai eu plusieurs suivi avec différents thérapeutes pour m'aider à être le plus en paix possible avec le choix et l'acte qui furent les plus durs de ma vie,
et j'ai accepté désormais que cette blessure ne serait jamais complétement fermée, j'apprends à vivre avec...

bon courage
aav

_________________
Maman comblée de bonheur par une crapiotte née au coeur de l'été ...
et par un deuxième petit bonheur d'automne arrivé en douceur par une belle nuit d'éclipse de pleine lune  ...
... et par une troisième merveille arrivée la nuit du solstice d'hiver ... 


Mamange de 3 petits qui veillent sur notre famille   0059_G


           Lilypie Kids Birthday tickers
           Lilypie Fifth Birthday tickers
           Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brise marine
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2834
Age : 36
Localisation : Périgord
Date d'inscription : 15/07/2012

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mar 14 Juil 2015 - 23:16

Je t'ai lue aussi aav
Ce n'est pas une histoire simple et il t'a fallu bien du courage pour te faire confiance et poursuivre cette grossesse contre l'avis de tous...
Il est trop tard là, je vais aller dormir mais je te laisse au moins un peu de soutien aau aau aau et j'essaie de repasser bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alambra
Habituée
avatar

Nombre de messages : 1388
Date d'inscription : 14/08/2013

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mer 15 Juil 2015 - 7:42

J'ai lu ton récit et il m'a bouleversé, tu as eu beaucoup de courage !
Je suis vraiment désolée pour toi que tu aies traversé tout ça sans trouver de soutien, tu es tombée sur tant de personnes insensibles à ta détresse...

Ne culpabilise pas pour tes émotions négatives, elles sont inévitables pendant une grossesse (on ne peut pas toujours être au top, même quand on n'a pas une histoire si difficile) et ne sont pas mauvaises pour ton bébé, tant que tu lui expliques, tu peux lui parler de tout ça ! Lui dire aussi que ces sentiments ne lui appartiennent pas, et qu'il n'en a pas de responsabilités (je ne sais pas si ça te parle aav )

Courage à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lychnis
Habituée
avatar

Nombre de messages : 776
Age : 39
Localisation : Clermont Ferrand
Date d'inscription : 06/09/2012

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mer 15 Juil 2015 - 10:42

Quel parcours tu as eu pour en arriver là où tu en es aujourd'hui!
Tes émotions sont légitimes... Sois douce aves toi, accueille les avec bienveillance. Et oui ton bébé ressent tes émotions, mais comme l'ont dit les autres tu peux lui parler, lui expliquer...
aau aau aau Courage pour les moments difficiles, et profite bien des bons moments de cette grossesse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lnema
Habituée
avatar

Nombre de messages : 670
Age : 31
Localisation : dordogne
Date d'inscription : 02/04/2011

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mer 15 Juil 2015 - 20:49

Quelle histoire difficile tu as vécu. aau aau

Je ne saurai quoi te dire mais je ne peux passer la sans laisser un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brise marine
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2834
Age : 36
Localisation : Périgord
Date d'inscription : 15/07/2012

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mer 15 Juil 2015 - 21:37

J'ai la chance de n'avoir jamais eu à devoir faire une IVG, mais je conçois tout à fait le déchirement que cela doit être. Autorise toi à être triste, et explique cette tristesse au bébé qui est dans ton ventre. Il est tout à fait normal que cette nouvelle grossesse, que tu as décidé de mener à son terme, fasse remonter les émotions de la première grossesse arrêtée.
Ce n'est pas facile mais j'ai envie de t'inviter à voir ce que ces épreuves t'ont apporté : cette première grossesse et l'IVG qui a suivi font partie de ton histoire, ce ne sont pas des moments drôles ou faciles mais ils t'ont permis de grandir. C'est un peu grâce à ces épreuves que tu as trouvé la force de te battre pour cette grossesse ci aav
Si ça te parle, tu peux te faire un petit rituel, ou une petite cérémonie pour dire au revoir à ton premier bébé, le remercier pour t'avoir permis de grandir un peu plus, lui dire que malgré le fait que tu n'aies pas pu l'accueillir, il a toujours une place dans ton coeur...

Encore quelques câlins aau aau aau et du courage vers toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julyff
Habituée
avatar

Nombre de messages : 3429
Age : 31
Localisation : Finistere
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Jeu 16 Juil 2015 - 5:24

Quel parcours! 02_05_The-Definition
J'espère que tu pourras discuter ici pour t'apaiser sur ce chemin très difficile.
Chapeau bas m'dame! Prends soin de vous, en espérant que la vie vous soit désormais plus douce! 0059_G
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Premièrement,    Ven 17 Juil 2015 - 12:40

Merci pour vos gentilles réponses qui me remontent le moral et merci de ne pas m'avoir jugé !

Julyff : Ça me touche beaucoup ton message ! Surtout ton "chapeau bas", parce qu'au contraire, j'ai l'impression d'avoir enchaîné bêtise sur bêtise dans cette histoire ! Je vais essayer de faire de mon mieux pour mon loulou même si je ne le fais pas naître dans des conditions idéales.

Brise Marine : J'ai beaucoup de mal à exprimer ma souffrance vis à vis de mon IVG. Tous ceux à qui j'en ai parlé considéraient que ce "n'était rien", que j'en faisais "trop" etc ... Du coup, j'ai appris à en souffrir en silence. Je vois actuellement une psy qui a l'air de me comprendre mais elle ne veut pas travailler sur mon IVG le temps de la grossesse ... J'ai du mal à parler à mon bébé quand ça va mal ! Autant quand ça va bien, je lui parle volontiers mais lorsque ça va mal, je n'y arrive pas. Les mots ne sortent pas ! Ça va vous sembler étrange mais je lui parle "intérieurement". Cependant, lui parler avec des mots, je n'y arrive pas. Je sais bien que cette histoire m'a apporté du "positif" dans le sens où je ne me laisse plus dicter ma vie par qui que ce soit. J'ai grandi dirions nous. Mais j'aurais préféré l'apprendre autrement. Et puis c'est horrible à dire mais si j'avais gardé le premier bébé, je pense que ce second bébé ne serait pas là. Ça me fait de la peine de dire ça mais j'aurais préféré car je ressens beaucoup de sentiments ambivalents pour ce bébé or je déteste ressentir cette ambivalence, ambivalence que je n'avais pas pour le premier. Pour la cérémonie, je n'y arrive pas car ce serait lui dire au revoir et j'ai beaucoup de mal à le faire. Ce qui me fait du bien, c'est de lui parler par contre. Mais je ne le fais plus depuis cette nouvelle grossesse, je ne sais pas pourquoi ! En tout cas, merci beaucoup pour ton message et pardon si mes propos te choquent !

Marineloulou : Merci pour ton petit message ! Même sans de longs discours, un peu d'encouragement fait du bien !

Lychnis : Oui je profite de tous les bons moments par contre ! J'adore le sentir bouger, le voir aux échographies. Il me tarde qu'il arrive ! De pouvoir le serrer dans mes bras et l'embrasser ! Merci pour ton petit mot ! C'est difficile de ressentir ces émotions sans culpabiliser !

Alambra : Merci pour tes mots ! Je me sens, au contraire, lâche ! Il est difficile de verbaliser tout ça vis à vis de mon bébé. C'est bête mais j'ai peur de le blesser ! Et puis j'ai des sentiments ambivalents par rapport à ce bébé. J'ai très honte de les dire mais les voici : J'attends avec impatience son arrivée, il me tarde de prendre soin de lui, l'embrasser, le dorloter etc ... Et en même temps, lorsqu'il me "rappelle" mon ex, je me dis que j'aurais mieux fait de faire une seconde IVG, tout en sachant qu'une seconde IVG m'aurait détruite encore plus ... J'ai aussi des sentiments contradictoires vis à vis de ce bébé : je veux le protéger à tout prix et en même temps, parfois je me dis que je ne l'aime pas comme l'autre car pour le premier, je ne ressentais que de l'amour, aucune ambivalence. Et en même temps lorsque j'avoue ça, mon cœur s'arrête, j'ai peur qu'il le ressente et de lui faire mal. Aussi, il me tarde d'accoucher car en voyant ce bébé, je pense l'identifier comme mon bébé, bien différent du premier bébé que je portais. Or pour l'instant, je ne peux pas m'empêcher de penser à l'un sans penser à l'autre sauf dans de rares occasions et ça me fait de la peine pour ce second bébé qui ne demande qu'à être aimé que pour lui même. Je suis désolée si mes mots vous choquent. Je suis désolée d'être aussi confuse. Mais voici mon ressenti version "brute".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Suite réponse :    Ven 17 Juil 2015 - 13:03

Babycake : Merci pour tes mots. Etre douce avec soi est très difficile quand on ne l’a pas été pour son premier enfant. Merci en tout cas.

Mimikief : Plusieurs questions à te poser. Ce sont des questions indiscrètes et je comprendrais si tu ne veux pas y répondre. Tout d’abord, tu dis avoir été avec un PN. Personnellement, bien que mes amies me l’affirment, je ne suis pas sûre que mon ex l’était bien qu’il en présente pas mal de traits. Ainsi, comment as-tu fait pour le « repérer » ? N’as-tu pas eu peur de l’après ? Je m’explique : Je crois régulièrement mon ex car nous habitons dans le même coin et lorsque je le vois, une réaction de peur m’envahit. Peur de sa réaction, peur de l’effet de cette réaction sur moi (et donc indirectement sur bébé), peur de ne pas savoir réagir face à cette réaction … Bref, je panique. Et il le voit très bien ! Du coup, il a toujours ce petit sourire en coin ou rit carrément aux éclats avec ses amies lorsqu’il me passe à côté, feignant une totale indifférence. Aussi, comment as-tu vécu tes grossesses après ? Personnellement, j’ai peur d’être une mauvaise maman pour cet enfant vu l’ambivalence des sentiments que j’éprouve à son égard … Et en même temps, il me tarde de le voir, le serrer dans mes bras etc … C’est très étrange ! Tu as raison, peut-être est-il prêt à encaisser tout cela ! Mais ça me tue de lui imposer tout cela, en plus des conditions dans lesquelles je le fais naître … En ce qui concerne ma mère, difficile à dire. Suite à l’IVG, je lui ai fait des tonnes de reproches, eu des mots blessants. Elle me disait souffrir de la situation, qu’elle était mal face à cette IVG et de me voir dans cet état. Ça avait le don de me faire sortir de mes gonds car j’avais envie de lui crier « mais tout ça, c’est en partie à cause de toi ». Aussi, elle a complétement retourné la chose en disant à ses amies que c’est moi qui voulais avorter mais qu’elle ne le voulait pas et que ça lui avait fait beaucoup de mal car c’était « retirer une âme ». En fait, elle tenait ce genre de discours car ses amies sont anti-IVG du coup, elle passait pour une personne sans morale si elle disait la vérité. Suite à ça, je l’ai traité d’hypocrite et tout ce qui s’en suit. Nous avons cessé de nous parler pendant plusieurs semaines. Puis elle est revenue pour me demander comment ça allait … Je lui ai répondu en lui disant que j’étais ok pour que l’on se reparle mais pas pour qu’on reparle de cette IVG car cela me faisait remonter trop de rancune envers elle. Elle a encore essayé de m’en parler. Une autre dispute a éclaté. Elle a compris, depuis elle n’en parle plus. Depuis qu’on en parle plus, en surface, les relations sont comme avant. En effet, on s’entend plutôt bien. Cependant, au fond de moi, je lui en veux encore et ça n’arrive pas à passer même si ça s’estompe petit à petit. Il est vrai qu’elle va garder mon enfant mais ça me fait beaucoup de peine. C’est malsain mais je me suis toujours dit que je la « punirais » comme ça c’est-à-dire en ne lui permettant pas de voir mes futurs enfants souvent. Mais bon, je n’ai pas le choix, c’est soit ça, soit j’arrête mes études et je ne veux pas car mes études sont importantes pour moi et c’est la seule façon dont je pourrais m’en sortir avec bébé. Un autre problème se pose alors avec ma mère : elle ne cesse de me répéter que mon bébé l’aimera plus à elle qu’à moi et j’ai peur qu’elle ait raison or ça me ferait terriblement mal ! Je précise que je n’ai pas été élevée par ma mère mais ma grand-mère. Et j’ai l’impression qu’elle veut perpétuer l’histoire en prenant ma place de maman or je ne suis pas elle, je ne veux pas lui confier mon enfant même si elle le garde, je veux qu’elle reste à sa place de mamie et moi celle de maman. Ça me fait du bien de pouvoir en parler sans qu’on ne minimise ma peine ! J’espère avoir ta sagesse dans quelques temps même si cela reste difficile et trop à vif pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
babycake
Habituée
avatar

Nombre de messages : 1397
Age : 29
Localisation : paris
Date d'inscription : 01/06/2014

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Ven 17 Juil 2015 - 14:01

Vraiment, ton histoire est dure... Je suis un peu surprise de ta psy qui ne veut pas "travailler" ton IVG pour le moment, si tu te sens si mal par rapport à ça. Une de mes amie, sans rentré dans les détails (ou peut-être en mp), a vécu une situation un peu similaire, et au contraire le travail avec une psy l'a aider à investir sa nouvelle grossesse et à donner une place à son bébé.

Ne te sens pas coupable de tes sentiments, ça ne changera rien à la situation, tu ne peux pas les annuler, ça ne t'empêchera pas de les ressentir aav. Moi je trouve que tu es très courageuse et lucide, pour arriver à les identifier et à les formuler comme ça. Je ne crois pas qu'avoir une mère lucide et attentive à son bien-être comme ça soit nocif pour ton bébé. Si tu ne lui parle pas à haute voix, je ne crois pas que ça très grave, je pense que les bébés captent bien plus l'intention et notre état émotionel que les mots. Tu sais, je ne pense pas que tu choque ici en nous exposant ce tu ressent. Même avec une histoire plus simple que la tienne, la maternité, c'est bouleversant, et souvent accompagner de sentiment ambivalents.

Tu es très dure avec toi-même quand tu parles de ton histoire. Moi je lis surtout que tu as fais ce que tu as pu sur le moment, on peut dire, c'est un euphémisme, que ton entourage n'a pas été aidant... aau aau aau

nouvellemamansolo a écrit:
Un autre problème se pose alors avec ma mère : elle ne cesse de me répéter que mon bébé l’aimera plus à elle qu’à moi et j’ai peur qu’elle ait raison or ça me ferait terriblement mal ! Je précise que je n’ai pas été élevée par ma mère mais ma grand-mère. Et j’ai l’impression qu’elle veut perpétuer l’histoire en prenant ma place de maman or je ne suis pas elle, je ne veux pas lui confier mon enfant même si elle le garde, je veux qu’elle reste à sa place de mamie et moi celle de maman.
J'ai été gardé toute mon enfance par ma grand-mère, et je peux te garantir que j'ai toujours fait la différence, et même si j'aime beaucoup ma grand-mère, eh bien, je ne l'ai jamais aimé comme ma mère!
Cela dit, si tu n'es pas à l'aise avec l'idée que ta mère garde ton fils, tu peux avoir une place en crèche. A Paris, en tout cas, les étudiants sont considérés comme des salariés pour l'accès aux crèches. En fait, la case "mère étudiante" n'existe nulle part, mais on a souvent droit aux mêmes conditions que les salariés. Tu paies en fonction de ton quotient familiale, à calculer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doudie
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2610
Age : 43
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 02/01/2014

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Sam 18 Juil 2015 - 12:19

J'ai lu tout ton récit. Je veux d'abord m'apporter tout mon soutien aau . Tu as peut-être fait des erreurs, mais les remords ne servent à rien. Tu as su avancer, mûrir comme tu l'as dit en utilisant ces erreurs (lesquelles au fait ? mimique121 ).

Tu as gardé et tu gardes en toi beaucoup de choses. Je trouve bizarre aussi que la psy ne veuille pas que tu en parles maintenant mimique045 . N'hésite pas à parler ici si ça te fait du bien.

J'ai aussi beaucoup parlé "intérieurement" avec mes bébés. Ils sont baignés dans nos hormones et dans nos émotions, pas besoin de mettre forcément des mots "oraux" pour leur faire passer des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
mimikief
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 8782
Age : 34
Localisation : alsace
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Sam 18 Juil 2015 - 14:04

Nouvellemamansolo a écrit:

Mimikief : Plusieurs questions à te poser. Ce sont des questions indiscrètes et je comprendrais si tu ne veux pas y répondre. Tout d’abord, tu dis avoir été avec un PN. Personnellement, bien que mes amies me l’affirment, je ne suis pas sûre que mon ex l’était bien qu’il en présente pas mal de traits. Ainsi, comment as-tu fait pour le « repérer » ? N’as-tu pas eu peur de l’après ? Je m’explique : Je crois régulièrement mon ex car nous habitons dans le même coin et lorsque je le vois, une réaction de peur m’envahit. Peur de sa réaction, peur de l’effet de cette réaction sur moi (et donc indirectement sur bébé), peur de ne pas savoir réagir face à cette réaction … Bref, je panique. Et il le voit très bien ! Du coup, il a toujours ce petit sourire en coin ou rit carrément aux éclats avec ses amies lorsqu’il me passe à côté, feignant une totale indifférence.  Aussi, comment as-tu vécu tes grossesses après ? Personnellement, j’ai peur d’être une mauvaise maman pour cet enfant vu l’ambivalence des sentiments que j’éprouve à son égard … Et en même temps, il me tarde de le voir, le serrer dans mes bras etc … C’est très étrange ! Tu as raison, peut-être est-il prêt à encaisser tout cela ! Mais ça me tue de lui imposer tout cela, en plus des conditions dans lesquelles je le fais naître … En ce qui concerne ma mère, difficile à dire. Suite à l’IVG, je lui ai fait des tonnes de reproches, eu des mots blessants. Elle me disait souffrir de la situation, qu’elle était mal face à cette IVG et de me voir dans cet état. Ça avait le don de me faire sortir de mes gonds car j’avais envie de lui crier « mais tout ça, c’est en partie à cause de toi ». Aussi, elle a complétement retourné la chose en disant à ses amies que c’est moi qui voulais avorter mais qu’elle ne le voulait pas et que ça lui avait fait beaucoup de mal car c’était « retirer une âme ». En fait, elle tenait ce genre de discours car ses amies sont anti-IVG du coup, elle passait pour une personne sans morale si elle disait la vérité. Suite à ça, je l’ai traité d’hypocrite et tout ce qui s’en suit. Nous avons cessé de nous parler pendant plusieurs semaines. Puis elle est revenue pour me demander comment ça allait … Je lui ai répondu en lui disant que j’étais ok pour que l’on se reparle mais pas pour qu’on reparle de cette IVG car cela me faisait remonter trop de rancune envers elle.  Elle a encore essayé de m’en parler. Une autre dispute a éclaté. Elle a compris, depuis elle n’en parle plus. Depuis qu’on en parle plus, en surface, les relations sont comme avant. En effet, on s’entend plutôt bien. Cependant, au fond de moi, je lui en veux encore et ça n’arrive pas à passer même si ça s’estompe petit à petit. Il est vrai qu’elle va garder mon enfant mais ça me fait beaucoup de peine. C’est malsain mais je me suis toujours dit que je la « punirais » comme ça c’est-à-dire en ne lui permettant pas de voir mes futurs enfants souvent. Mais bon, je n’ai pas le choix, c’est soit ça, soit j’arrête mes études et je ne veux pas car mes études sont importantes pour moi et c’est la seule façon dont je pourrais m’en sortir avec bébé. Un autre problème se pose alors avec ma mère : elle ne cesse de me répéter que mon bébé l’aimera plus à elle qu’à moi et j’ai peur qu’elle ait raison or ça me ferait terriblement mal ! Je précise que je n’ai pas été élevée par ma mère mais ma grand-mère. Et j’ai l’impression qu’elle veut perpétuer l’histoire en prenant ma place de maman or je ne suis pas elle, je ne veux pas lui confier mon enfant même si elle le garde, je veux qu’elle reste à sa place de mamie et moi celle de maman. Ça me fait du bien de pouvoir en parler sans qu’on ne minimise ma peine ! J’espère avoir ta sagesse dans quelques temps même si cela reste difficile et trop à vif pour le moment.

Alors pour répondre à ta question je n'ai su qu'il était un PN que bien après notre séparation, je consultais un psy suite à toute cette peine laissée par notre relation (pourtant pas si longue) et la perte de mon premier bébé.
c'est en racontant ce que j'avais vécu que le psy a évoqué que mon ex était un PN, il m'a fait le topo des caractéristiques du PN et effectivement il semblait décrire mon ex dans les moindres détails...
ce fut difficile pour moi d'admettre que j'étais rentrée la dedans sans même m'en apercevoir , et que j'avais failli me perdre...
j'ai consulté un second thérapeute qui a immédiatement évoqué le cas du PN,
ce sont des personnes terribles et je regrette amèrement d'avoir croisé sa route... et le peu de baume au coeur que j'ai concernant mon ivg est de ne pas avoir infligé à un enfant un père pareil... ( violent, manipulateur, égoiste etc). c'est sa réaction concernant la découverte de ma grossesse qui m'a donné la force de le quitter, il a été tellement odieux, si détaché, si méchant . Le jour même de l'ivg il me plantait chez ses parents ( j'étais en froid avec les miens à cause de lui ( stratégie du PN ... isoler sa """ victime""" )), pour aller à une fête et rentrer complétement arraché le lendemain matin, et pestant après moi qui demandait à ce qu'on retourne à l'hosto car je pissais le sang depuis la nuit...
je te passe les réflexions lorsqu'il me voyait pleurer mon bébé que je n'avais pas pu garder " ce n'était qu'un amas de cellule, arrête de chercher l'attention en pleurant" etc etc...

je n'aurai que deux conseils , si tu penses que ton ex est un PN, éloigne toi de lui , tiens le à l'écart de ton enfant...
ensuite fais toi suivre et aider pour ne pas sombrer, et pour avoir les bases pour te reconstruire, refaire confiance et aimer à nouveau.
je ne vais pas te mentir , une relation comme celle que j'ai eu laisse des traces , j'ai eu bcp de mal à faire confiance, à me laisser aller, et à ne plus m'en vouloir...


concernant les rapports avec ta mère , ce que tu décris, ( ca n'engage que moi) me fait un peu trésaillir...
aurais tu la possibilité de faire garder ton enfant par quelqu'un d'autre?
si ce n'est pas possible il me semble essentiel que tu fixes bien le cadre de la relation, la place de chacun pour éviter des dérapages et des non dits...
perso je pense vraiment que mettre les pieds dans la plat et crever l'abcès est un bon moyen d'avancer,
il existe des thérapies avec des médiateurs familiaux qui peuvent être d'une grande aide dans ce genre de cas

bon courage aav

_________________
Maman comblée de bonheur par une crapiotte née au coeur de l'été ...
et par un deuxième petit bonheur d'automne arrivé en douceur par une belle nuit d'éclipse de pleine lune  ...
... et par une troisième merveille arrivée la nuit du solstice d'hiver ... 


Mamange de 3 petits qui veillent sur notre famille   0059_G


           Lilypie Kids Birthday tickers
           Lilypie Fifth Birthday tickers
           Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 3724
Age : 39
Localisation : RP
Date d'inscription : 06/06/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Sam 18 Juil 2015 - 14:24

Je n'ai jamais été en situation de choisir de faire une IVG, mais je suis persuadée que c'est une situation extrêmement dure pour toutes. La première petite âme qui a fait un passage dans ton corps t'a fait avancer, mûrir, pour que tu aies assez de force pour tenir tête à tous cette fois-ci.
Il en a fallu du courage pour le garder!
Bon courage pour la suite, entoure-toi de personnes bienveillantes pour accueillir ce petit 0059_G
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bulledeguerison.fr
mimikief
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 8782
Age : 34
Localisation : alsace
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Sam 18 Juil 2015 - 14:41

oui je rejoins Ana, je pense que certaines Ames viennent nous dire qqch,
moi que je devais me sauver, toi sans doute pour te faire avancer, et avoir la force de garder ce bébé qui grandit en toi 0059_G 0059_G 0059_G 0059_G

_________________
Maman comblée de bonheur par une crapiotte née au coeur de l'été ...
et par un deuxième petit bonheur d'automne arrivé en douceur par une belle nuit d'éclipse de pleine lune  ...
... et par une troisième merveille arrivée la nuit du solstice d'hiver ... 


Mamange de 3 petits qui veillent sur notre famille   0059_G


           Lilypie Kids Birthday tickers
           Lilypie Fifth Birthday tickers
           Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mond'dou
Habituée
avatar

Nombre de messages : 1388
Age : 41
Localisation : Tout est magie dans le Berry ! Enfin, presque...
Date d'inscription : 13/01/2015

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Dim 19 Juil 2015 - 12:47

J'ai tout lu aussi... Quelle histoire ! Pas trop de mots pour alors, juste des pensées et des câlins pour panser tes blessures aau aau aau aau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/gp/141919450@N04/U8W72o
Lnema
Habituée
avatar

Nombre de messages : 670
Age : 31
Localisation : dordogne
Date d'inscription : 02/04/2011

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Dim 19 Juil 2015 - 13:10

Je n'ai pas eu le temps de répondre l'autre jour quand je t'ai lu.
J'ai de la chance de ne pas avoir du faire une IVG donc j'espère que je ne serai pas maladroite dans mes propos.
Tu culpabilise vis à vis de cette petite âme qui est partie.
Pourquoi ne pas la voir comme celle qui t'as permis de rencontrer cette nouvelle petite âme qui grandit en toi?
Je n'ai pas le temps de développer plus la, mais tu comprends ce que je veux dire? Elle t'offre la chance et la force de pouvoir accueillir ce bébé .
aau  aau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brise marine
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2834
Age : 36
Localisation : Périgord
Date d'inscription : 15/07/2012

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Dim 19 Juil 2015 - 22:03

J'ai assez peu de temps en ce moment pour écrire sur le forum mais cette histoire de répétition dans la famille, avec ta grand mère qui t'a élevée et ta mère qui voudrait élever ton enfant, ça me fait tout bizarre aussi.
La chose intéressante, c'est que tu as conscience de cette répétition, souvent, les répétitions de ce genre se font inconsciemment. Je pense aussi que ce serait intéressant que tu puisses trouver un autre mode de garde (et j'entends bien que ce n'est pas simple en étant étudiante ) mais aussi que tu mettes bien les choses au clair avec ta mère.
Tu dis que tu vois un psy, c'est peut être un truc que tu peux bosser avec lui ? aav
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Réponses :    Lun 20 Juil 2015 - 14:06

Coucou à toutes !

Tout d’abord, merci pour vos gentils messages. Je ne pensais pas trouver sur ce site un soutien comme celui-ci et surtout sans jugement.

Babycake : Oui effectivement ma psy ne veut pas travailler sur mon IVG. Elle considère que c’est un deuil à faire et sa « méthode » pour cela est la thérapie EMDR or selon elle, cette « méthode » n’est pas conseillée durant la grossesse. Par contre, nous en parlons mais à demi-mot. C’est très difficile pour moi d’exprimer ce que je ressens vraiment car j’ai compris que mon ressenti n’était pas « politiquement correct », que ce n’était pas ce qu’on attendait de moi. Tu as raison, culpabiliser ne m’aidera pas à avancer. Mais c’est un sentiment difficile à écarter, d’autant plus que je suis une personne qui culpabilise facilement (causalité interne à fond). C’est vraiment gentil de me rassurer quant à cette ambivalence car je crois que c’est ce qui me fait le plus mal actuellement. En ce qui concerne la garde de bébé, ma psy m’a tenu les mêmes propos que toi. A savoir que mon bébé aimera certainement sa mamie très fort vu qu’elle le gardera à peu près 6 jours par mois mais qu’il ne l’aimera jamais comme moi car je suis sa mère et il le saura très bien. Pour la crèche, j’ai essayé mais j’ai une place pour septembre 2016 or je reprends les cours en janvier 2016 (avant, je me suis arrangée pour bosser à la maison). Cependant, j’ai cours « que » trois jours par semaine (lundi, mercredi, vendredi). Ainsi, bébé sera gardé par ma maman lundi et vendredi et par ma tante (que j’adore) mercredi. Merci pour ton attention pour mon message en tout cas !

Doudie : Merci pour ton soutien. Oh tu sais mes erreurs sont grandes et nombreuses : D’abord, pas de contraception en me « pensant protégée ». Ensuite, ne pas avoir réfléchi par moi-même et ne pas mettre posée la question concernant ce qui était vraiment important pour moi. Ne pas avoir su lutter pour défendre la vie de mon premier loulou. Etre retournée avec mon ex, l’avoir cru dans ses mensonges, l’avoir laissé me rabaisser durant plusieurs mois (sur différents sujets etc …) … Tu me rassures en ce qui concerne l’oral par rapport à mon bébé … J’aimerais qu’il comprenne que malgré mes sentiments ambivalents envers lui, je l’aime déjà et il me tarde de le voir !

Mimikief : Je note que tu dis «perte de mon premier bébé » lorsque tu parles de ton IVG. C’est EXACTEMENT ce que je ressens or je n’ose pas le dire car au départ, lorsque j’ai voulu en parler, on m’a tout de suite recadré en me disant que ce n’était qu’un « tas de cellules » et non « un bébé » et que je ne l’avais pas perdu mais j’avais CHOISI. As-tu eu droit à ce genre de discours ? Si oui, comment as-tu réagi ? Personnellement, je me tais et garde tout ça en moi mais ça me ronge ! En ce qui concerne ton ex, je suis désolée pour ce qui t’est arrivé ! Il devait vraiment être horrible ! Personnellement, je ne peux pas affirmer avec certitude que mon ex était un PN. Mais il a bien des traits ! Cependant, ces traits, je les ai vus après mon IVG. Avant il était juste parfait ! Mon ex est très manipulateur et très égoïste. En revanche, il n’était pas violent physiquement sauf deux fois : La première fois, nous revenions d’une soirée où j’avais effectivement fait ma chieuse, je le reconnais. Il voulait absolument que je parte de chez nous. J’ai refusé pour essayer d’arranger la situation. La situation s’est effectivement arrangée. Nous avons fait l’amour et durant l’acte, il m’a mordu si fort que j’ai eu un hématome. Quand je lui ai demandé pourquoi il avait fait ça, il m’a répondu « Ça t’apprendra, fallait partir, je te l’avais dit ». Et puis, il y a eu le soir où je l’ai quitté. Là, il m’a tiré les cheveux, donnait des « tapes » sur les bras puis mis à la porte de chez nous (il était trois heures du matin, je n’avais pas de véhicule, il le savait). J’ai fini ma nuit dans les escaliers jusqu’au premier transport en commun. A part ces deux moments, aucune violence physique. Par contre, verbalement, il était très méchant. Je l’ai connu, je pesais 100kg (j’ai toujours été obèse depuis mon enfance). Avant de sortir avec lui, je lui avais demandé si mon poids le gênait auquel cas, je comprendrais totalement qu’il ne veuille pas continuer et on pourrait rester amis. Il m’a répondu qu’au contraire, il aimait mes rondeurs et que de toute façon, toutes ces ex étaient rondes (ce qui est vrai). Au départ, il me faisait me sentir belle vraiment ! J’étais sa princesse ! Du coup, j’ai perdu 20 kg sans régime, ni rien, juste le fait d’être heureuse ! Par la suite, avec mon IVG, j’en ai perdu 10 de plus car je n’arrivais plus à m’alimenter ! Quand nous sommes revenus ensemble, je pesais donc 70 (je n’étais plus obèse mais en surpoids selon ma nutritionniste). A partir de là, il est devenu horrible avec moi : il contrôlait tout ce que je mangeais et j’avais droit à des « je vais m’en trouver une autre si tu grossis de nouveau », « va faire du sport », « la plupart des personnes ont un ventre mais toi t’en as deux, t’as pas honte », « de toute façon, je vais te tromper car j’en ai marre de b***** avec une grosse, c’est nulle, je préfère les minces » … Quand je mangeais un repas équilibré du genre « steak, tomate », c’était trop. Il me disait « mange une pomme par jour, tu vas perdre vite ». Ce à quoi je lui répondais « si je fais ça, je reprendrais tout rapidement quand j’aurais une alimentation normale ». Il affirmait alors « tu seras tellement heureuse d’être mince que tu feras attention ». Et puis il n’y avait pas que mon poids. Il a réussi à me faire croire que j’étais moche sans maquillage. Ainsi, il refusait que je l’accompagne si je n’étais pas maquillée et habillée en tenue de soirée. Après, il y avait la nourriture. Il me disait que je ne savais pas cuisiner. Je pouvais passer trois heures à faire un repas pour qu’il en goûte une cuillère, jette tout à la poubelle sans même me laisser manger. Il me lançait alors souvent : « tu n’arriveras jamais aux chevilles d’une sénégalaise » (il est sénégalais). Pour l’entretien de la maison et le repassage, pareil ! Il me disait que je ne savais rien faire. Il me demandait de travailler (il ne voulait pas travailler) pour payer le loyer/nourriture etc, d’être la numéro 1 en cours, que la maison soit toujours propre, le repas prêt quand il arrive et tout ça avec un maquillage et une tenue parfaite ! Le problème c’est que je n’arrivais pas à tout gérer sans aucune aide de sa part ! Pour l’IVG, ton ex a été horrible ! C’est quoi ce mec ? Moi le jour de l’IVG, j’ai eu droit à son envie de sortie en boite. Et quand je pleurais pour qu’il reste avec moi, il me répondait « Je suis désolée mais j’ai envie de sortir». Bon à force de pleurs, il est finalement resté. Mais là, j’ai eu droit à des reproches « t’as gâché ma soirée … ». Et puis, durant la nuit, je bougeais pas mal car j’avais mal au ventre. Alors il m’a engueulé puis est parti dormir sur le canapé. Le lendemain, je lui ai dit que j’avais besoin de lui, qu’il me réconforte, que c’était difficile pour moi. Il m’a dit qu’il n’avait pas le temps, est parti à la musculation et m’a demandé de partir de l’appartement et que cela devait être fait avant son arrivée. Je suis donc partie chez mes grands-parents pour la nuit qui précédait l’intervention. Moi aussi j’ai eu droit à « c’était qu’un tas de cellule, je ne voulais pas d’une mère comme toi pour mon gosse … ». Une fois, je pleurais sur le lit par rapport à mon IVG, il s’est installé près de moi et s’est mis à parler avec un ami à lui au téléphone et il rigolait, faisait comme si rien n’était etc Et pour finir, il m’a laissé comme ça pour aller jouer au basket … Il avait aussi réussi à m'isoler de tout mes amies ... J'étais en froid avec ma famille, n'avais plus d'ami ... Il me disait que ma priorité, c'était lui maintenant ! Après, je ne peux pas affirmer avec certitude que c’est un PN. Je n’ose pas en parler à ma psy. Ça ne sort pas, je ne sais pas pourquoi ! J’ai honte de m’être laissée faire je pense ! Personnellement, «aimer et être aimée» est ma dernière préoccupation. C’est horrible à dire mais je suis heureuse d’être seule et j’écarte tous les hommes s’approchant d’un peu trop prêt à mon goût. Par rapport à ma mère, malheureusement, je n’ai pas d’autre solution … Ma psy me dit de bien la recadrer à chaque fois qu’elle dit une parole désobligeante afin de bien lui faire comprendre qu’elle est la mamie et non la maman. Au départ, j’avais du mal à le faire car je ne voulais pas lui faire de peine mais récemment je lui ai tout balancé. Elle n’a pas répondu. Je suis désolée si je remue des souvenirs et pour mes questions indiscrètes mais aussi pour autant d’impudeur de ma part ! Merci pour tes encouragements en tout cas !

Ana : Merci pour tes mots, ils me touchent beaucoup ! J’espère juste que mon premier bébé sait que je l’ai beaucoup aimé malgré tout ! Quant à m’entourer de personnes bienveillantes, j’y veille à présent Smile

Mond’dou : Merci pour ta gentillesse, ça me touche ! Je te renvoie tout ça Smile

Marineloulou : Bien évidemment, je sais que c’est « grâce à mon premier » que mon second est là ! Ce premier bébé m’a fait mûrir et changer de point de vue sur beaucoup de choses. Je me rends compte que j’étais dans mes certitudes avant. Et puis, je ne sais pas si c’est négatif mais cela m’a « endurci », je me sens plus forte, plus combative etc … Merci pour ton petit mot en tout cas !

Brisemarine : Effectivement, cette histoire de répétition me préoccupe. En fait, lorsque ma mère a quitté mon père, j’avais 6 ans. Mon père a complétement démissionné de son rôle de père. Ma mère, quant à elle, a préféré nous laisser vivre chez ma grand-mère (avec mon petit frère). Elle a toujours été présente, nous la voyions pratiquement tous les jours mais elle ne nous élevait pas. J’en ai beaucoup souffert et beaucoup voulu à ma mère. Je me suis toujours dit que le jour où je serais maman, même si j’aimerais que ma mère ait une relation privilégiée avec mon enfant, elle ne l’élèverait pas. Cependant, à l’époque, je pensais avoir un enfant dans des conditions plus traditionnelles c’est-à-dire avec un papa présent. Je pensais que ce « papa » ferait un peu tiers dans ma relation avec ma mère et qu’elle n’oserait probablement pas s’imposer face à lui. Sauf que ben sans papa, c’est plus difficile. Je vais devoir « me battre » seule pour conserver ma place de maman ! J’en parle beaucoup avec ma psy. Son avis : dans les faits, ma mère gardera mon loulou 6 jours par mois. La psy pense que c’est « peu » et du coup, qu’il ne risque pas d’y avoir de confusion « maman/mamie ». Elle pense par contre qu’il est important de reprendre ma mère lorsqu’elle va trop loin et ce sans attendre. En gros, elle me dit de m’imposer ! Au début, j’avais du mal car je ne voulais pas faire de mal à ma mère mais maintenant je le fais ! Merci d’avoir pris le temps pour moi en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimikief
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 8782
Age : 34
Localisation : alsace
Date d'inscription : 05/08/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Lun 20 Juil 2015 - 14:44

à te lire je n'ai plus aucun doute, ton ex est bien un PN, et la manière dont il t'a traité et purement et simplement de la maltraitance, du harcelement moral...
pascontent061
c'est tellement dur à voir quand on est à l'extérieur, et la personne qui le vit met du temps à accepter que CE N'EST PAS NORMAL de se faire traiter de la sorte...

j'ai eu le meme genre de paroles que celles que tu as eu, et je me taisais et pleurais intérieurement à l'époque ce n'est qu'après la rupture que j'ai pu mettre des mots sur tout ca, et par contre j'ai maintenant bcp de mal à tolérer les propos désobligeants par rapport à l'ivg...
pascontent149

bon courage

_________________
Maman comblée de bonheur par une crapiotte née au coeur de l'été ...
et par un deuxième petit bonheur d'automne arrivé en douceur par une belle nuit d'éclipse de pleine lune  ...
... et par une troisième merveille arrivée la nuit du solstice d'hiver ... 


Mamange de 3 petits qui veillent sur notre famille   0059_G


           Lilypie Kids Birthday tickers
           Lilypie Fifth Birthday tickers
           Lilypie First Birthday tickers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doudie
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2610
Age : 43
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 02/01/2014

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Lun 20 Juil 2015 - 16:13

Nouvellemamansolo a écrit:
Après, je ne peux pas affirmer avec certitude que c’est un PN. Je n’ose pas en parler à ma psy. Ça ne sort pas, je ne sais pas pourquoi ! J’ai honte de m’être laissée faire je pense !

Je comprends, c'est le problème de ce genre de violence. La violence physique marque une frontière et on commence à pouvoir en parler même si c'est encore très dur, mais pour la violence morale on a plus de mal à se dire que ce n'est pas de notre faute. C'est plus insidieux mais en comparant, le mécanisme est le même. (mon ex n'est pas - je pense - un PN, mais s'en rapproche pas mal).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nouvellemamansolo
Construit son nid
avatar

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2015

MessageSujet: Réponses :    Lun 20 Juil 2015 - 16:52

Mimikief : Personnellement, je n'ose en parler à personne. J'ai honte de m'être laissée faire sans réagir. J'ai peur aussi que les gens ne me croient pas. En effet, mon ex passe pour le mec parfait auprès des autres ! Et puis il trouve toujours de bonnes excuses ! Lui + IVG : j'ai une bien basse estime de moi même ! Et puis, j'ai peur d'exagérer et je me dis qu'il a raison sur certains points. Exemple : je suis une cuisinière médiocre malgré mes essais content103 Moi ce qui me révolte par rapport à l'IVG est qu'on soit obligées de taire notre souffrance. J'ai l'impression qu'en minimisant l'IVG (ce n'est rien, ce n'est qu'un tas de cellule, les femmes le vivent bien (sous entendu toi t'es dingue ...), on minimise ma peine. Enfin, je ne suis pas très claire ...

Doudie : C'est exactement ça ! Lorsqu'il y a un coup physique, plus de doute possible ! On sait que ce n'est pas normale ! Alors que les "coups psychologiques", ben on se demande si finalement l'autre n'a pas raison ! Je pense en parler à ma psy mais je ne sais pas comment l'aborder ! Et j'ai surtout peur qu'elle me dise qu'en fait, tout ça n'est rien !

Merci les filles ! Le fait de vous parler sans retenue me fait un bien fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elomelo
Habituée


Nombre de messages : 760
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   Mar 21 Juil 2015 - 6:30

J'irai consulter un psy dans une association de lutte contre les violences faites aux femmes, elle te déculpabiliserait je pense plus que cette psy.

je suis aussi étonnée que rien ne soit fait pour que tu puisses te libérer du poids de cette ivg surtout que tu es enceinte ...

La violence psychologique et la violence verbale sont les 2 premières marches précédant les violences physiques. C'est grâce à cette emprise que les victimes vont très rarement porter plainte pour les violences physiques...

Bon courage

ps tu as été faire une reconnaissance anticipée de ton bébé ???? avec un tel personnage, il faut se protéger au max. De même , as tu pensé ) demander le secret administratif à la maternité pour être tranquille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire douloureuse, IVG, nouvelle grossesse ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cododo et nouvelle grossesse....
» Nouvelle grossesse après césarienne
» Allaitement et nouvelle grossesse
» Lactation en cas de nouvelle grossesse
» suivi medical dune nouvelle grossesse apres une img suite a une trisomie18??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bébé Nature, la naissance respectée :: Grossesse :: Les petits bonheurs et soucis de ces 9 mois-
Sauter vers: