discutons autour de la grossesse, la naissance et le maternage...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Parler de la mort à un bébé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 11:05

Tout d'abord, si je ne suis pas au bon endroit, vous pouvez me pousser de rubrique.

Je réfléchis à la manière d'évoquer la mort avec Bout'chou. Son arrière-grand-père de 94 ans est malade. Il revient d'un séjour à l'hôpital et est en hospitalisation à domicile. Nous avons emmené Bout'chou voir son arrière-grand-père après lui avoir expliqué, en choisissant soigneusement nos mots et sans en dire plus qu'il n'en faut, que son vieux pépé a des bobos de vieux pépé, qu'il a besoin d'aide pour le faire manger, que le lit médicalisé est plus confortable pour soigner ses bobos de vieux pépé...
Bref, le pauvre homme souhaite partir, on se doute qu'il nous faudra bientôt expliquer à Bout'chou de quoi il en retourne, quand ça arrivera. Autant, je me sens capable de trouver les bons mots pour évoquer le souvenir vivant de la personne, l'amour qui demeure, la continuité dans ce que nous sommes nous. Autant évoquer ce qu'est la mort avec un bébé de 6 mois (même pour un plus grand), ben je ne sais pas. Hors tout aspect religieux, je ne veux pas parler de s'endormir définitivement, partir au ciel, être dans les étoiles, de mise en terre... Pour ne pas créer de confusion dans son esprit (ah bon si je dors, je meurs). Même le terme partir ne me paraît pas adapté.

En tout cas, s'il est une chose à laquelle je tiens, et je filerai des baffes à quiconque outrepassera ça, c'est que personne d'autre que son père ou moi ne lui évoque ce qui se passe actuellement. Ni la maladie, ni la mort.

Peut-être que je me mets la rate au court-bouillon, mais ça me semble tellement important de ne pas lui créer d'angoisse par rapport à cela. Je voudrais que cela lui semble naturel puisqu'à cet âge, il est naturel de tirer sa révérence.

J'ai recherché ici ce que vous aviez conseillé. Je suis tombée sur le post de Zoétoune concernant le livre La caresse du papillon. Il pourrait convenir pour mon neveu qui demande sans cesse où est son arrière-grand-mère partie il y a 2 ans 1/2. Il sait que son arrière-grand-père est malade, mais c'est abstrait pour lui vu qu'il ne l'a pas vu. Je pense que ça réveille en lui le décès brutal de son grand-oncle l'an dernier et la mémoire du départ de la "mémé" (il avait 6 mois). J'ai envie de le conseiller à ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florie
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2673
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 11:43

Ma fille a la chance d'avoir été préservée de cette épreuve pour l'instant. Alors je n'ai pas de grand conseil à te donner, en tout cas pas d'expérience concrète.
Mais je trouve ça aussi très important qu'avec ton conjoint vous gardiez la main sur ce qui est dit à votre bout-chou.
C'est un sujet délicat la mort et il ne faut pas en parler à la légère, et dans notre culture, on a tendance à raconter n'importe quoi aux petits enfants (a fortiori à un bébé de 6 mois qui "ne se rend compte de rien", "ne peut pas comprendre" ou tout autre connerie)
J'aurais trouve très bien tes termes de "bobo de vieux pépé" et de dédramatiser le matériel hospitalier qui peut vite être impressionnant.
Je trouve aussi bien d'éviter d'associer ça avec le sommeil, car ça pourrait créer des angoisses supplémentaires pour l'endormissement.
J'aurais tendance à être le plus simple possible, de dire que le corps de pépé va finir par arrêter de fonctionner et qu'on ne sait pas comment ça se passe après, que chacun à ses croyances sur l'après, et que moi je crois que pépé continue à vivre dans chacun de nous quand on pense à lui et à tous les bons souvenirs qu'on a eu avec lui. Que malgré ça, moi je suis très triste car j'aurais aimé passer encore pleins de bons moments avec pépé.

En tout cas, ne jamais cacher ma tristesse, ni retenir mes larmes car ce qui est masqué prend tout de suite une dimension bien plus inquiétante pour nos bébés.
Prenez soin de vous aau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monbbmimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 347
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 12:01

C'est un sujet hyper délicat car justement créer des angoisses à l'enfant est ce que l'on veut éviter.

Je pense sincèrement que notre mal à expliquer et faire comprendre l'état de mort aux enfants, vient de notre incapacité à nous l'expliquer et à le comprendre à nous même.
Moi même j'ai beaucoup de mal avec la mort, je ne suis pas neu neu je sais ce que c'est mais c'est tellement étrange comme phénomène !
Tellement inconnu, normal c'est une des seules phases de la vie dont PERSONNE ne peut nous donner de témoignage.
On se l'imagine, on se rassure quand on est religieux en se servant de ce qu'on nous enseigne, pour nous dire que ce sera comme ci, comme ça.
Mais au final ça ne reste que quelque chose d'abstrait !

Et là où nous adulte essayons de toujours tout contrôler, toujours tout expliquer, on se met la pression pour l'expliquer à nos petits bouts.

Là où encore une fois ça confirme que j'aime l'état d'esprit de l'enfant, c'est que lui n'a pas la complexité du cheminement intellectuel qu'un adulte s'impose.
Souvent les enfants réagissent de façons tellement saines, naturelles !

Je dis cela car encore il y a un mois nous avons perdu la tante de mon mari, à qui je tenais beaucoup, et pour qui j'avais beaucoup d'estime.
J'étais très triste, et comme je pleurais j'ai dis aux filles qu'elle était décédée.
Elle était très malade, suite à un cancer de l'utérus il y a 32ans, elle avait subit des rayons, qui lui avait littéralement bousillé les intestins, pendant 32ans son quotidien n'a été que souffrances attroces, dès qu'elle mangeait quelque chose elle avait des crampes horribles qui la faisait tellement souffrir, qu'il s'en suivait une période de jeûne total (à part boire de l'eau) pouvant aller de 10 à 30jours...
Les derniers jours elle ne devait plus peser qu'une quarantaine de kilos.

Les filles savaient qu'elle était malade, et savait que souvent on lui faisait "des piqures" pour guérir un peu.

J'ai toujours parler de la mort avec mes enfants, déjà parce que la mort fait entièrement partie de mon histoire, mon père étant décédé quand j'avais 12ans et demi, lui même ayant perdu le sien à 11ans (on nous en a aussi toujours parlé).
Le père de mon mari est aussi décédé en 1995, donc les filles n'ont pas de grands pères vivants, il a donc toujours été important pour nous de leur en parler.

Je crois que depuis toujours nous avons toujours utilisé le mot mort pour parler d'eux, maintenant elles savent exactement à quoi correspond ce mot.
Dans le sens où elles savent que c'est un état de la vie, qui fait que nous ne sommes plus là, plus vivant, plus sur la Terre.

Bref quand nous avons appris le décès de la tante de mon mari il y a un mois, ma grande de 5ans et demi au début me demande pourquoi je suis triste.
Je me suis posée avec elle et lui ai expliqué que Tata ... est morte.
Elle m'a pris dans ses bras et m'a dit "T'inquiètes pas maman ça va aller" 0059_G
Puis elle m'a montré qu'elle était un peu triste, elle est retournée s'occuper et je voyais qu'elle réfléchissait.
Elle est revenue quelques minutes après pour me dire:
"Maman ça veut dire que si on fait une piqure à Tata ... elle va pas se réveiller?"
Là j'en ai profité pour lui dire que maintenant elle ne souffrait plus.
Mais j'ai vu que ma fille avait bien compris ce qu'il se passait, que ça l'a ammené à la reflexion, ça l'a émue mais que finalement c'était quelque chose de naturel !

Je ne pourrais donc pas te dire exactement quels mots employés, car je pense que là aussi c'est assez personnel, et dépendant de ta façon à toi de réagir et voir les choses.
Si c'est important pour vous, tu peux aussi t'aider du côté religieux.
Mais je veux juste te rassurer sur le fait qu'au final un enfant a juste besoin qu'on lui explique, il a besoin de savoir ce qu'il se passe, pour lui après faire son propre raisonnement.
Et de toutes façons les enfants réagissent de façon très naturelle et simple.

Je penses aussi qu'on a pas mal de leçons à prendre d'eux sur ce point !!!

Voilà je ne sais pas trop si ça t'aidera
Bon courage à votre famille dans cette épreuve.
Bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tibebeo.canalblog.com
v-ro
A sa place au chaud
avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 12:06

Ici les livres servent souvent dans les notions difficiles.
J'en ai une collection phénoménale héritée de mon homme et de ses cousines donc souvent je ne passe même pas par la bibliothèque mais sinon vas voir là-bas.

On a justement une histoire en ce moment, thème Halloween oblige, sur la mort. C'est tiré d'un conte amérindien. C'est l,histoire du Castor qui ne voulait pas mourir. Bon y a la notion de vie après la mort, mais c'est une notion naïve qui permet de rassurer un enfant justement, et qui est pas spécifiquement religieuse.

Je trouve que c'est une belle manière d'aborder ce sujet. Tu commences avec l'histoire puis tu expliques avec tes mots que son arrière-grand-père est malade, que sa maladie ne se guérit pas parce que son corps de bébé est rendu trop vieux, et que tôt ou tard il va mourir. Autant appeler un chat un chat. Je ne suis pas non plus pour les paraboles complexes à cet âge-là. Mais tu sais, à 6 mois, un bébé n'a pas acquis la permanence de l'objet. Alors le départ de maman pour aller dans la cuisine ou le décès de son pépé auront le même effet psychologique. Tu fais bien de lui expliquer mais d'après moi, pas besoin d'en faire des tonnes non plus. Bon je réfléchis en même temps que j'écris, du coup une idée me vient. Pourquoi ne pas simplement dire que son pépé est décédé et évoquer surtout les émotions que vous ressentez et qui seront sûrement les choses qui seront le plus palpable pour bébé?

En tout cas, je t'offre mes sympathies dans l'épreuve que vous vivez, c'est jamais facile aau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.surlescheminsduquebec.ca
Louve
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 9586
Age : 35
Localisation : Franchement : je sais pas...
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 12:19

v-ro a écrit:

On a justement une histoire en ce moment, thème Halloween oblige, sur la mort. C'est tiré d'un conte amérindien. C'est l,histoire du Castor qui ne voulait pas mourir. Bon y a la notion de vie après la mort, mais c'est une notion naïve qui permet de rassurer un enfant justement, et qui est pas spécifiquement religieuse.

Outch attention au terme, la notion de vie après la mort est tout sauf une notion naïve. D'autant plus si le conte est amérindien.....


La mort : les enfants y sont TOUS confrontés très tôt. Pas forcément humain : la mort des fleurs coupées qui fanent, les insectes que l'ont écrase ou que l'ont voit mort sur le chemin, des petits animaux, des humains, la viande qu'on mange qui vient d'animaux morts.
Je ne sais pas pour vous mais c'est un sujet qui a tellement intéressé ma gnome dès qu'elle a su mettre un mot dessus que je prend beaucoup de gant avec le sujet.

Sa grande question du moment : quand est-ce que je suis morte ? Je n'arrive pas à lui faire expliquer si c'est un défaut de syntaxe lié au temps (mais elle maîtrise bien le passé : simple ou imparfait donc je doute vraiment) ou s'il y a un rapport avec justement avec cette notion de vie après la mort ou de réincarnation.

Pour autant prendre des gants n'empêche pas l'honnêteté : je lui exprime mes craintes, mes interrogations, mon ressentis, mes doutes également puisque clairement personnes ne sait réellement ce qu'il se passe.

A six mois, je pense qu'il sera nettement plus touché par ton propre ressenti que ce qu'il se passe réellement, aussi oui je lui parlerais mais plus de ce que cette séparation définitive provoque en moi que la notion de mort en elle même. Les bébés sont des éponges et ils comprennent bien plus de choses que ce que l'on veut bien croire alors oui je pense que lui parler, honnêtement, avec ton coeur lui sera vraiment profitable pour comprendre ce qui se passe en toi aav

_________________
"Les enfants sages iront au paradis, les autres iront... où ils veulent !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.merenwen.fr
v-ro
A sa place au chaud
avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 13:15

Naïve n'a peut-être pas le même sens pour vous qu'ici?

Ce que je veux dire par naïf c'est dans le sens que, hormis le conte dont je parlais, la notion de vie après la mort arrive spontanément aux enfants. Même si on ne leur en parle pas, il est fréquent que pour expliquer cette notion, d'eux-mêmes, ils inventent un concept de monde et de vie après la mort., c'est ce qui leur permet de se rassurer. Et c'est ce qui explique que, peu importe la culture du monde qu'on va prendre, il y a souvent ce concept-là qui est en jeu. C'est ça qui est naïf. Dans le sens spontané.

Le religieux est venu se greffer dessus après. Dans ce conte-là, il n'y a rien de religieux en tout cas (ou de prosélyte) puisqu'aucun des symboles amérindiens sacrés ne sont représentés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.surlescheminsduquebec.ca
Louve
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 9586
Age : 35
Localisation : Franchement : je sais pas...
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 13:26

Arf j'oublie que tu viens de Montréal désolée v-ro

Naïf peut avoir une connotation négative.
Je trouve juste dommage que tu catalogues d'emblée cette notion comme invention : il serait diablement intéressant au contraire de chercher à comprendre pourquoi c'est cette notion bien plus que la notion de paradis, de sommeil permanent, de grand noir ou autre qui ressort chez les enfants.

-Les psy ressortiront toujours le côté rassurant (quoique je ne vois pas en quoi c'est plus rassurant que la notion de paradis)
-Réminiscence de leurs propres anciennes vie ?
-Dialogue avec les esprits
-Conversation avec des défunts n'ayant pas encore fait leur passage à une autre vie

Etc etc...

Les possibilités sont grandes pour peu que l'on garde l'esprit ouvert et c'est aussi pourquoi j'aime beaucoup ce sujet traité avec les enfants : ils ont une sagesse que bien peu d'adultes ont conservé. On rapporte souvent la sagesse des anciens et on oublie bien trop la sagesse naïve (sans connotation négative pour le coup 0059_G ) des enfants.

Pardooooooon pour l'énoOOrme digression mimi 02_05_The-Definition

_________________
"Les enfants sages iront au paradis, les autres iront... où ils veulent !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.merenwen.fr
v-ro
A sa place au chaud
avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 13:44

Louve a écrit:
Arf j'oublie que tu viens de Montréal désolée v-ro

Naïf peut avoir une connotation négative.
Je trouve juste dommage que tu catalogues d'emblée cette notion comme invention : il serait diablement intéressant au contraire de chercher à comprendre pourquoi c'est cette notion bien plus que la notion de paradis, de sommeil permanent, de grand noir ou autre qui ressort chez les enfants.

-Les psy ressortiront toujours le côté rassurant (quoique je ne vois pas en quoi c'est plus rassurant que la notion de paradis)
-Réminiscence de leurs propres anciennes vie ?
-Dialogue avec les esprits
-Conversation avec des défunts n'ayant pas encore fait leur passage à une autre vie

Etc etc...

Les possibilités sont grandes pour peu que l'on garde l'esprit ouvert et c'est aussi pourquoi j'aime beaucoup ce sujet traité avec les enfants : ils ont une sagesse que bien peu d'adultes ont conservé. On rapporte souvent la sagesse des anciens et on oublie bien trop la sagesse naïve (sans connotation négative pour le coup 0059_G ) des enfants.

Pardooooooon pour l'énoOOrme digression mimi 02_05_The-Definition

Je n'entends pas inventé dans le sens créer de toute pièce mais dans le sens non soumis par quelqu'un d'autre. Que cela vienne de leurs vies antérieures, de leur inconscient ou autre, cela vient de l'intérieur de leur tête et non soumis de l,extérieur par des adultes qui les entourent. Désolée, je suis peut-être tatillone sur les mots...
Bref, je le dis peut-être pas de façon aussi intelligible que toi mais c'est vraiment dans ce sens. Mon parcours me permet difficilement d'être d'un avis différent de toute façon ...

Désolée Mimi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.surlescheminsduquebec.ca
Louve
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 9586
Age : 35
Localisation : Franchement : je sais pas...
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 13:46

Haaaaaaaaaaa d'accord d'accord d'accord content050
Pas de soucis sur le fait d'être tatillon sur les mots aav

_________________
"Les enfants sages iront au paradis, les autres iront... où ils veulent !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.merenwen.fr
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 14:47

Aucun problème les filles. Vous lire me permet de poser les idées. J'aime beaucoup l'idée de Florie de dire que le corps cesse de fonctionner. C'est tellement évident et pourtant, je n'y avais pas pensé.

A y réfléchir, je me rappelle maintenant qu'aux alentours de sa naissance, l'un de mes cousins est décédé à 76 ans. C'est quelqu'un qu'il n'a jamais connu mais je me rappelle lui avoir dit que j'avais du chagrin parce que c'était quelqu'un que j'aimais beaucoup et qu'il aurait été heureux de le connaître, vu qu'il s'était réjoui à l'annonce de la grossesse. Par contre, je ne me rappelle pas de ce que je lui avais dit concernant la mort en elle-même.

Nous lui parlons déjà de ses autres arrières-grands-parents (les miens que j'adorais et sa mémé top géniale) disparus. On lui raconte des souvenirs de ce que nous avons vécu avec eux, en en parlant au passé. Le souvenir est donc déjà bien présent et la transmission de l'amour familial et filial aussi.

Je crois qu'hier, son arrière-grand-père n'avait pas envie que Bout'chou le voit ainsi. Monsieur papa lui demandera s'il veut qu'on lui amène Bout'chou ou pas une autre fois. Je sais que pour lui, sa naissance a marqué la fin de son deuil de son épouse. La première fois qu'on est venu avec bébé, il me regardait d'un air de dire "tu as bien travaillé, merci". Et j'ai fait un "mâle" avec le premier "mâle" de ses petits-enfants, mâle qui lui ressemble énormément. (je vous jure qu'en salle de naissance, voir son bébé avoir la même tête que son aïeul quand il baille, ça fait un drôle d'effet)

Je suis assez partisane aussi d'appeler un chat un chat. Dans un autre registre, je ne me vois pas appeler les organes génitaux de mon fils kiki, bistouquette, zigounette, boursiflettes et autres surnoms bizarroïdes. Il a donc un zizi et des bourses. Bref, les mots ne doivent pas faire peur.

Que les bébés sont des éponges, on le vérifie régulièrement. D'autant plus que c'est un bébé à qui on a "parlé" avant même sa naissance, son père étant absent de la maison en fin de grossesse pour raisons professionnelles. On met des mots sur ce qu'on ressent parce que, des fois, à son petit front plissé, on voit bien que ça le rend perplexe dans telle ou telle situation.

Garder la main ce qui lui est dit et ce qui se dit en sa présence, oh que oui ! Mais déjà il faut batailler. Toutes les tensions inhérentes à ce genre de situation et dues au caractère de chacun laissent place à des propos devant lui qu'il n'a pas à entendre : maltraitance envers notre père..., non mais il veut partir là, ce n'est pas pour ça qu'il dit au-revoir c'est qu'il veut mourir. J'ai juste eu le temps de couper le "mourir". Oui, duconne, j'ai compris mais mon fils n'a pas à entendre ça de ta bouche.
Parce qu'au delà des mots, qui est la réalité on est d'accord, c'est le ton d'espèce de satisfaction qui m'a déplu. Cela fait de toute façon des années qu'elle ne "rêve" que d'enterrer ses parents, comme une formalité à remplir pour dire "moi aussi je connais". C'est aussi la même qui parle de maltraitance et qui s'est senti bien con quand j'ai dit que mon fils n'avait peut-être pas à entendre ça. L'installation médicale est déjà pour le moins impressionnante à voir.
Et (bonjour la tartine que je viens de faire), on voit bien avec mon neveu l'importance des mots. Il a demandé où était sa mémé à quelqu'un d'autre que ses parents, qui lui a expliqué avec ses mots sans demander aux parents comment eux l'ont fait. Le loupiot est depuis tout perturbé. Cette personne a dit aux parents "il faudrait que vous lui expliquiez la mort". Mais c'était déjà fait. Dommage pour le bonhomme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
v-ro
A sa place au chaud
avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Date d'inscription : 07/10/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Lun 5 Nov 2012 - 16:26

Ah tu vois les miens ont un pénis et des testicules qui sont les termes médicaux.

En effet ton enfant n'a pas à entendre ce que tu ne veux pas qu,il entende. Et étant donné la situation un peu conflictuelle ou tout au moins stressante, simplement lui expliquer ce que vous vivez et ressentez aura plus d'importance que la mort elle-même à cet âge! Je pense que plus que le reste, si incompréhension il doit y avoir, elle sera sûrement causé par vos sentiments à vous plus que par l'abstrait de la situation...

Y en a qui ont le don d'être fortiches sur les bourdes franchement! Je ne comprendrais jamais moi non plus cette manie de vouloir répondre à la place des parents, sans leur demander leur avis en plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.surlescheminsduquebec.ca
capucine
Habituée


Nombre de messages : 550
Localisation : 74
Date d'inscription : 06/05/2009

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mar 6 Nov 2012 - 13:41

Coucou,
Pas facile tout ça
je diverge légèrement mais je te livre ma pensée:
alors je pense qu'on n'est pas confronté à la mort assez tôt dans le sens ou en général les enfants ne vont pas aux enterrements. En fait je trouve ça dommage car quand on y est confronté adulte c'est une première pour nous et on ne sait pas comment réagir.

Ma belle-mère est décédée au printemps et il y avait ma jeune nièce qui été là lors de la veillée du corps à la maison. En la voyant sur le lit ma nièce dit 'oh elle est belle comme ça Mamie' Quelequ'un lui a dit (je ne sais plus qui): Mamie est partie, elle est endormie à jamais. Et ma nièce de répondre du tac au tac en criant: mais non, n'importe quoi elle est MORTE. et est partie en courant

Ca m'a scotché mais c'est tellement vrai et pur.

Après, chaque situation est différente, mais faire simple avec amour, pourquoi pas?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monbbmimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 347
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mar 6 Nov 2012 - 14:00

Je te rejoins complètement capucine !

Et c'est aussi ce qui me fait dire que ce qui créer des angoisses chez l'enfant c'est de lui cacher les choses, de ne pas lui expliquer (certe de peur de lui faire de la peine ou autre).

Moi je crois être une angoissée de la mort depuis celle de mon père, justement parce qu'à ce moment il n'était plus à la maison, il était malade et ne nous le disait pas, moi je le voyais malade mais à 12ans, on envisage pas qu'un père malade puisse donner un père mort !
Son entourage à savoir mes grands-parents ne nous le disaient pas non plus.
Mon père est décédée alors que nous étions en vacances (il ne venait de toutes façons pas avec nous lors de nos vacances à la plage car amputée de la jambe droite depuis un accident dans sa jeunesse, je crois ne l'avoir jamais vu sur une plage, pas facile non plus de marcher sur du sable avec une prothèse de 10kg! Ca n'empêche pas qu'on a plein d'autres souvenirs de lui).
Lui était en Bretagne chez son oncle, ma grand-mère à deux pas... Nous étions dans le sud de la France.
Il a été enterré très rapidement, il est décédé le 2juillet et a été enterré le 4 je crois.Donc nous n'avons même pas pu le voir, ni participer à l'enterrement.

Ce que je regrette profondément aujourd'hui, même si ça n'a à aucun moment été une volonté de ma mère, qui au contraire aurait voulu qu'on soit là.
C'est juste que par la force des choses ça a été comme ça.

Bref je devais donc me faire une raison du jour au lendemain, en me disant que je ne le reverrais plus, que sous cette pierre tombale il y avait le corps de mon père !

J'ai espéré plusieurs fois que mon père revenait, bah oui on me disait qu'il était mort mais moi je n'ai rien vu, alors forcément le fantasme s'installe, ce n'était pas de la folie, je me raisonnais, mais j'en rêvais quand même !
Tout comme j'ai rêvé que j'assistais à son enterrement.
Bref j'avais vraiment un manque de ne pas avoir vu ni su les choses.

Alors je recommande quand on en a l'occasion de laisser l'enfant voir et savoir ce qu'il se passe, oui ça peut paraitre dur, oui on peut avoir peur de le traumatiser, mais je pense surtout que ça aide l'enfant à se construire.
La mort fait partie de la vie, c'est comme ça. Et de faire croire et cacher le contraire aux enfants, je pense qu'au final c'est ça qui le blessera si un jour il y est confronté !
Il se retrouve face à quelque chose dont on ne lui a jamais parlé, qu'il n'a jamais vu.
Et ça c'est super angoissant !!!!

Après ce n'est que mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tibebeo.canalblog.com
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mar 6 Nov 2012 - 14:08

Je crois effectivement qu'il faut avoir confiance en leurs réactions. Maintenant, je ne pense pas qu'un enterrement soit trop la place d'un enfant, tout dépend de son âge. Je veux dire que le neveu d'une amie a été à l'enterrement de son grand-père, il avait 1 an. C'est aujourd'hui un enfant extrêmement angoissé à l'idée de la mort de ses proches, du style "comment je vais faire pour m'occuper de mon petit frère quand toi et papa, vous serez morts ?". Gloups... Après, je ne sais pas comment les choses lui ont été présentées alors.

Quoi qu'il se passe et dans quelque délai que ce soit, on ne lui cachera pas les choses et on ne taira pas nos émotions. Cela me semble essentiel. De la même manière qu'on lui précise à chaque fois que ce sont des affaires de grandes personnes et que lui n'a pas à se soucier de ça.

Capucine, je trouve très saine la réaction de ta nièce. Elle a l'air d'avoir déjà bien appréhendé ce qu'est la mort. Et très émouvante aussi. Je garde un souvenir ému de ma grand-mère sur son lit de mort. J'avais passé tout un moment seule avec elle au funérarium. Je lui ai parlé, je l'ai embrassée, je lui ai dit que je l'aimais. C'était un moment à la fois très doux, intime et très intense. Et il m'a clairement aidé à avancer ensuite. Je regrette de ne pas l'avoir fait pour mon grand-père. Pour elle, je lui ai dit tout ce que j'avais à lui dire, je lui ai dit au-revoir physiquement. Malgré la douleur, ça m'a rendu plus sereine. Mais beaucoup d'adultes de mon entourage n'ont pas compris, ni mon besoin de faire ceci, ni l'immense amour que ça m'a donné, comme un ultime cadeau de ma grand-mère.

Comme je te comprends monbbmimi. Assister à l'enterrement est une des étapes du deuil. Et comme tu le dis si bien, comment parvenir à faire son deuil quand tu n'as pas "vu" les choses ? A 12 ans, tu avais l'âge de comprendre les choses. Je me souviens aussi de mes cousins (10-12 ans) suite au décès de notre grand-père, qui ont assisté à l'enterrement et qui ont eu énormément de mal à refaire surface après. Je pense que le problème venait surtout de ce qu'ils ont vu avant, à savoir la lente déchéance physique et mentale d'un grand-père qu'on adorait. Il n'était plus qu'un légume mais personne n'a pris en charge le côté psychologique pour mes cousins qui l'ont vu jusqu'à la fin. C'était déjà difficile pour moi qui avait 10 ans de plus qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monbbmimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 347
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mar 6 Nov 2012 - 14:22

Mimi tu m'as mis les larmes aux yeux avec l'histoire du décès de ta grand-mère !

Si tu veux je pense que dans le fait d'expliquer la mort à nos enfants, il est aussi important qu'ils comprennent comment on en arrive à la mort.
Et là en l'occurence avec une personne agée et malade c'est plus facile.
Il ne faut pas leur en parler non plus tous les jours pour ne pas les angoisser, mais c'est important de donner à l'enfant une vraie place, c'est un petit être, un adulte en devenir.
Je ne supporte pas les gens qui traite les enfants comme des demi choses !
S'excusant en disant qu'ils sont petits "ils ne peuvent pas comprendre" !

Tu parles ils comprennent bien plus facilement et rapidement que les adultes !

Moi dans mon histoire ce qui a été dure, c'est qu'en fait j'aurais pu me préparer, quoi qu'on se prépare jamais à laisser partit un proche et encore moins un père, mais j'ai vécu ça de la même façon que s'il était mort dans un accident de voiture !

Alors que quelques années plus tard, mon grand père paternel (qui est en fait l'homme qui a élevé mon père, mais qui était pour moi mon grand père à part entière) a fait un avc, les médecins ne lui donnaient pas 6mois !
Il a vécu avec 7ans !!!! Il m'épate encore aujourd'hui. C'est un homme qui avait eu un cancer des poumons 20ans plus tôt...
Bref avoir un cancer des poumons, y survivre, et faire 3 AVC entre 73ans et 80ans quand même faut le voir pour y croire !

Certes à la fin il n'était vraiment plus bien, mais justement de savoir qu'il était mourrant, ça m'ai énormement aidé ! A chaque fois que j'allais le voir je partais en lui disant au revoir comme si c'était la dernière fois.
Ca m'a tellement soulager de pouvoir le faire !
J'ai été le voir au funérarium quand il est décédé, je suis resté à ses côtés.
Il a été enterré dans son pays d'origine, et c'est moi qui l'ai accompagné dans l'avion, j'ai fais des kilomètres en voiture pour l'accompagner jusqu'à son village de naissance, où il a été enterré.

C'était très dur, car je l'aimais beaucoup, mais j'ai pu vivre ces moments que je n'ai pas connu pour la mort de mon père. Ca m'a un peu guérri de tout ça.

Mais sincèrement de par mon histoire je ne peux m'empêcher de parler de la mort à mes enfants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tibebeo.canalblog.com
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mer 7 Nov 2012 - 11:28

Et bien voilà, on y est. Le vieux pépé est parti dans son sommeil et ne s'est pas réveillé ce matin. Pour le moment, nous n'avons rien dit à Bout'chou, nous lui expliquerons à 2 ce soir quand je rentrerai du boulot. Mon compagnon est serein et apaisé, il sent que son grand-père est apaisé lui aussi.

Moi, j'ai l'impression de revivre le décès de mon grand-père il y a 10 ans. Les circonstances ne sont pas les mêmes, pas du tout. Mais le travail du deuil pour mon grand-père a été extrêmement long, je crois que je n'ai jamais vraiment accepté sa mort et surtout sa maladie : Alzheimer et 2 avc qui ont fait de lui un légume, je crois qu'à la fin la maison médicalisée où il était placé ne l'alimentait plus pour le faire mourir. Et je n'ai pas fait avec lui ce que j'ai fait avec ma grand-mère. J'ai eu peur d'être choquée par son état physique. que je le regrette aujourd'hui. Je ne lui ai pas dit au-revoir.

C'étaient tous les 2, deux hommes extraordinaires humainement parlant et qui ont beaucoup compté pour les enfants que nous étions. D'ailleurs, Bout'chou porte en 2ème et 3ème prénoms ceux de ses arrières-grands-pères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monbbmimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 347
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mer 7 Nov 2012 - 13:19

Je vous présente mes condoléances.

Ca ne va pas être des moments faciles.
Je suis sure que tu trouveras les mots pour parler à ton petit bout.

Bon courage pour vos deux familles.

Bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tibebeo.canalblog.com
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Jeu 8 Nov 2012 - 11:17

Nous avons donc expliqué hier que le corps du vieux pépé avait cessé de fonctionner, que cela donnait beaucoup d'émotions et de chagrin parce qu'on l'aimait beaucoup et que maintenant on le "verrait" dans nos têtes et dans nos coeurs quand on penserait à lui ou qu'on en parlerait.

La suite lundi pour l'inhumation. Je suis allée le voir hier soir, son visage est heureux, il sourit. Et c'est très beau à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florie
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2673
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 13/01/2010

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Jeu 8 Nov 2012 - 11:20

Toutes mes condoléances aau aau
Je trouve ça bien de pouvoir le voir une dernière fois souriant avant de dire au revoir définitivement à son corps.
Bon courage à vous et une douce pensée pour ton petit bout aau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Jeu 8 Nov 2012 - 11:45

Merci florie.

On voit à son attitude qu'il sent qu'il se passe quelque chose mais il n'est pas perturbé plus que ça. Nous lui avons dit qu'il nous verrait tristes et peut-être pleurer, auquel cas, on lui réexpliquera alors. Nous ne souhaitons pas lui en parler sans cesse, puisque mourir est une chose naturelle.

Nous lui avons aussi dit que nous continuerions de lui en parler, tout comme nous lui parlons déjà de ses 3 autres arrières-grands-parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Habituée
avatar

Nombre de messages : 2597
Age : 36
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   Mar 13 Nov 2012 - 17:00

L'inhumation s'est déroulée hier. Dur, dur... sur fond de clivages familiaux. Bref, cet événement permet aussi de mettre à plat certains problèmes. En espérant que la solution soit trouvée derrière.

Maintenant que l'inhumation est passée, Bout'chou devrait sentir son père plus à l'aise dans ses baskets. Nous lui avons expliqué les choses, à la mesure de ce qu'il peut comprendre. En faisant la guerre pour que ce ne soit pas abordé devant lui sur un ton mélo-dramatique. Oui, c'est dur, oui nous avons du chagrin. Oui, tu peux être malheureux toi aussi.

Il s'est clairement rendu compte que son père n'était pas trop disponible pour nous ces derniers jours, mentalement et physiquement. Il s'est beaucoup occupé des autres et a un peu oublié qu'il avait un bouchon de 6 mois à la maison. Ça s'est terminé par une nuit de sommeil pourri après 2 soirs de papa-pas-là-pour-cause-de-neveu-à-consoler. Je discutais sur le pas de la porte avec ma soeur, il s'est réveillé, n'a entendu personne dans la maison et a eu peur. Il n'a accepté de s'endormir à 1h30 du matin que ventousé à moi et tirant sur le pyjama de son père pour vérifier qu'il était toujours là. Pauvre petit coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parler de la mort à un bébé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parler de la mort à un bébé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» parler de la mort d'un proche aux petits
» Parler de la mort à un bébé
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Paulo le poulpe est mort !!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bébé Nature, la naissance respectée :: Période postnatale :: Education-
Sauter vers: